Programme Fr.pdf


Preview of PDF document programme-fr.pdf

Page 1 2 34516

Text preview


Avant-propos

L’Afrique de l’Ouest fait face à d’importants défis en matière de sécurité alimentaire ; mais elle recèle également du fort potentiel dont elle aura
besoin pour surmonter ces défis. Sa forte croissance démographique, la montée de la pauvreté urbaine, la faible productivité des cultures de
base, les effets du changement climatique, et la détérioration des ressources naturelles, sont d’autant de facteurs qui pourraient nuire à la sécurité
alimentaire et la résilience des populations à l’avenir, surtout si ne cessent les troubles politiques de la région. En contrepartie, la possibilité
réelle d’augmenter la production, en rehaussant notamment la productivité, est prometteuse, tout comme l’incitation que représentent les vastes
marchés des zones urbaines de plus en plus concentrées.
Partout dans le monde, force est de constater qu’investir dans l’agriculture—un secteur qui ne représente aujourd’hui plus que 35% du PIB ouestafricain, mais emploie 60% de la population—reste la meilleure manière d’engendrer une croissance soutenue, rapide, et profitant aux pauvres.
Étant donné la diversité des zones agro-écologiques en Afrique de l’Ouest, le commerce régional est, depuis toujours, ce qui permet à la région
de subvenir à ses besoins alimentaires. En fait, l’Afrique de l’Ouest est une région composée de pays interdépendants en matière de sécurité
alimentaire. En 1990, le Schéma de Libéralisation des Echanges de la CEDEAO a été lancé pour encourager l’intégration des états ouest-africains
par le biais de la libre circulation des biens et des personnes à travers la région.
Aujourd’hui, en 2013, la sécurité alimentaire et la croissance économique, deux fondements de la résilience, ne seront réalisées qu’à condition
que soient supprimées les nombreuses contraintes au libre échange des denrées de base de la région (le bétail, le maïs, le mil, le sorgho, le niébé,
les oignons, etc.). Ainsi, les producteurs devront parvenir à tirer profit des marchés transfrontaliers, les consommateurs, acheter des aliments
transportés de manière efficace et à bas prix, et les transformateurs, investir en profitant des économies d’échelle régionales.
Les contraintes au libre échange sont complexes ; elles impliquent de nombreux acteurs à différents niveaux. L’objectif ambitieux de cette
conférence, « Libre circulation des produits alimentaires : Améliorer la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest par le développement du commerce
Intra-régional, » est de mettre en route les mesures nécessaires pour libérer le plein potentiel du commerce régional afin d’aider à sauvegarder la
sécurité alimentaire de la région. Ces mesures seront principalement prises par vous qui participez à cette conférence : représentants de la société
civile, des Etats, du secteur privé, et des partenaires techniques. Cette conférence vous offre un forum dédié à la définition de ces mesures, ainsi
que des modalités et mécanismes de suivi qui s’imposent. Et, surtout, elle est pour vous l’occasion d’apporter votre appui, et de partager vos
points de vue. Nous espérons que vous répondrez à l’opportunité et au défi voulus par cette conférence, d’avoir un impact durable sur la sécurité
alimentaire de la région par le biais du commerce régional.

Au nom de la CEDEAO

Au nom du Gouvernement des États-Unis

Près de 22 ans après la validation
du Schéma de Libéralisation des
Echanges de la CEDEAO (SLEC), les
acteurs économiques de la région
décrivent encore le commerce comme
étant compliqué, cher, et imprévisible.
Le temps est venu de mettre plus
systématiquement en œuvre le
protocole du SLEC pour le libreéchange des marchandises, et de forger une véritable intégration
régionale. Il faudra pour cela mieux prendre conscience des
réglementations qui sont déjà en place, clarifier les droits et
responsabilités de chacun, et améliorer leur mise en œuvre. Il est
l’heure de s’engager à des actions spécifiques qui mèneront à la
mise en œuvre du protocole du SLEC. Le changement reposera
sur l’information et l’engagement. La conférence Libre Circulation
des Produits Alimentaires doit amorcer ce changement.

L’essor du commerce régional est
l’un des fondements de la stratégie
pluriannuelle des États-Unis pour la
sécurité alimentaire en Afrique de
l’Ouest, Feed the Future (Nourriture
pour l’Avenir), une stratégie dont la mise
en œuvre repose sur tout un réseau
de partenaires et d’acteurs à travers la
région. Les efforts financés par l’USAID
visent à améliorer la compétitivité du transport et de la logistique,
à réduire les barrières légales et réglementaires au commerce, et
à améliorer, par un travail de « facilitation de marché, » l’efficacité
des transactions sur le marché régional. L’USAID se réjouit de coparrainer la conférence Libre Circulation des Produits Alimentaires
avec la CEDEAO dans le but de progresser vers tous ces objectifs.
Nous invitons toutes les personnes présentes à profiter de cette
occasion pour faire décoller le commerce en tant que moteur de
croissance, et afin de renforcer la résilience des ménages à travers
toute la région.

Dr. Marc Atouga
Commissaire chargé de l’Agriculture, de
l’Environnement et des Ressources en
Eau de la CEDEAO

Mme. Candace Buzzard
Directrice de Agriculture et Chef de l’Equipe de
Croissance Economique USAID/Afrique de l’Ouest

WEST AFRICA