PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



Cours Magistral.pdf


Preview of PDF document cours-magistral.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Text preview


CM Psychologie Cognitive et Différentielle 2012-2013
-

la grande variabilité interindividuelle qui existe entre les individus
mesurer les différences psychologiques entre les individus
les différences sont héréditaires

Pour mesurer la variabilité interindividuelle, GALTON va inventer les tests mentaux.
Cours du 29.01.13
Ces premiers tests portent sur l’efficacité des processus élémentaires, sensoriels et moteurs ; elles mesurent
par exemple :
-

l’intensité des sons audibles
le temps de réaction à un stimulus visuel
le temps pour dénommer un objet
la capacité à évaluer les distances
la force et la pression manuelle

Plus les individus auront de meilleures performances à ces stimulations, meilleures seront leurs
compétences. Montrer qu’il y a une prévalence héréditaire, que la variabilité qui existe entre les individus est
d’origine héréditaire. S’intéresse aux ressemblances entre les parents et les enfants, est le 1er à mettre au point
le coefficient de corrélation pour justifier scientifiquement ces corrélations ; permet de vérifier que plus les
parents ont un niveau élevé pour certaines aptitudes, plus les enfants vont développer ces aptitudes. (voir TD)



A l’époque, il généralise ce qu’il appelle « les arbres généalogiques » pour trouver des ressemblances
entre des générations successives dans une même famille.
va être le 1er en 1875 à mettre en place « la méthode des jumeaux » ; il s’agit de comparer des
jumeaux de même sexe et des jumeaux de sexe différents (monozygotes – dizygotes)

CATTELL (1860-1944)
Psychologue américain, Reprend aussi les travaux de GALTON, en 1890, il va mettre en place sa 1ere
grande expérience aux EU, où il va faire passer à ses étudiants de 1ere année une série de tests, basés sur le
même principe.
Hypothèse : plus les étudiants auront de bons scores à ces différents tests, plus ils réussiront leurs examens.
Mais ECHEC. Pas de corrélation.

A. BINET ET T. SIMON
Ils travaillent plutôt sur des capacités de mémoire, sur l’évocation mentale, le jugement, le
raisonnement. En 1905, ils proposent une 1ere version de leur échelle métrique de l’intelligence. Elle sera
modifiée en 1908 et paraîtra en 1911. Première échelle de l’efficience intellectuelle, notamment le dvpt
intellectuel de l’enfant. Ce travail est issu d’une demande du Ministère de l’Instruction publique (ajd, MEN) ;
dans les 1900’s, l’école devient obligatoire, et il s’agit donc de repérer les enfants déficients mentaux parmi des
enfants qui sont en échecs scolaires pour adapter la formation à leurs besoins et à leurs possibilités. Avoir une
évaluation fiable et objective des enfants en difficulté.
Construction de l’échelle : cette première échelle métrique comporte une 50aine d’épreuves
hétérogène du dvpt sous forme de questions ou de problèmes (appelés items) et chaque question correspond
à un niveau d’âge allant de 3 à 15 ans à raison de 4 ou 5 items / âge. Un item est considéré comme
représentatif d’un âge donné (ex : 5 ans) dans la mesure où il est réussi par 50% au moins des enfants de 5 ans,
la quasi-totalité des enfants de 6 ans et échoué par la quasi-totalité des enfants de 4 ans.
Résultat exprimé en niveau mental ce qui permet d’estimer son avance ou son retard par rapport à
son âge réel.

3