PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



Cours Magistral.pdf


Preview of PDF document cours-magistral.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Text preview


CM Psychologie Cognitive et Différentielle 2012-2013
o

Les briques : imaginez que vous êtes derrière le tas de briques et que vous le regardez dans le
sens de la flèche ; que verriez-vous ?

Dans les questionnaires d’intérêts, de personnalité ou de valeurs, on demande souvent au sujet
d’estimer son degré d’accord (tout à fait d’accord, plutôt d’accord …) ou la fréquence de certaines conduites
(toujours, très souvent …) avec une proposition sur une échelle de Lickert en plusieurs points.
Il y a une rigueur à avoir dans la construction d’un test.

D.

Les qualités métriques des tests

Un test est dit « sensible » s’il permet de bien différencier les sujets.
Un test est dit « fidèle » si les résultats, dans une population donnée, varient peu en fonction des évaluations.
Un test est dit « valide » s’il donne quelque chose de significatif, donc d’interprétable, en fonction de notre
objectif, si on sait ce qu’il mesure véritablement.

1.

La sensibilité (ou finesse discriminative)

Pouvoir différencier les individus entre eux. Elle dépend de deux facteurs :
-

Le nombre de valeurs qui peuvent prendre les résultats au test
Le test doit être adapté à la population

2.

La fidélité

On dit en général qu’un test est fidèle quand les résultats au test d’une population donnée ne varient pas, ou
peu, d’une évaluation à l’autre, dans le temps ou en fonction des items.
Pour rendre compte de cette fidélité, on utilise deux méthodes :
-

L’homogénéité : est démontrée quand l’ensemble des questions est homogène et évalue une même
dimension.
o La méthode des formes parallèles : on fait un premier test avec un certain nombre de
questions et on fait un deuxième test à peu près identique avec des questions similaires mais
formulées de façon différentes. S’il y a un coefficient de corrélation important, alors il y a
homogénéité

RAPPEL : la corrélation est le degré de liaison entre deux variables pour un ensemble de sujets. On utilise le
coefficient de corrélation r de BRAVAIS-PEARSON
En théorie, r peut prendre toutes les valeurs comprises entre -1 et +1.
-

Si la valeur est proche de 1 : les individus ayant les scores les plus élevés dans la première série ont les
scores les plus élevés dans la 2nde et inversement.
si r est proche de 0 : il n’y a pas de lien de cette sorte entre les deux séries de résultats. On ne peut pas
faire de prédiction à partir du premier résultat.
On peut aussi tester l’homogénéité en divisant l’ensemble du test en deux moitiés (15 premiers et les
15 derniers par ex), à attribuer une note à chacune ds moitiés à calculer la liaison entre les deux
moitiés : c’est la méthode SPLIT-HALF.

Cette méthode est moins utilisée car elle présente un biais (début d’apprentissage) mais aussi les contraintes
de lassitude.
-

La constance : les résultats à un test doivent être constants, ou stables. Si l’on applique plusieurs fois
le test aux mêmes sujets, on doit observer que les meilleurs lors de la première passation restent les
meilleurs à la seconde passation.

8