PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



Cours Magistral.pdf


Preview of PDF document cours-magistral.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Text preview


CM Psychologie Cognitive et Différentielle 2012-2013
o

Biais : il faudrait que les sujets restent placer de la même façon ; il peut y avoir des variations
entre les deux passations par des situations personnelles ou environnementales. Il faut
garder une possible marge de variation entre les deux passations = l’erreur de mesure. Elle
est étudiée par la méthode « test/re-test » ; c’est là que l’on garde une erreur de mesure.
Permet d’avoir une certaine souplesse.

3.

La validité

La validité est la « qualité d’un test qui mesure ce qu’il est censé mesurer » (PICHOT, 1999), c-a-d qui est bien en
relation avec le processus psychologique que l’on est en train d’étudier.
En général, on estime la validité d’un test par le degré de liaison entre les résultats des sujets au test et les
performances ou comportements des mêmes sujets dans une autre activité ou un autre test supposés liés aux
mêmes processus psychologiques.
Lors d’un bilan psychologique, quand on pose un diag ou pronostic, il est très important de recueillir d’autres
infos que le test car le test n’est pas suffisant pour poser un diag.

Cours du 19.02.13
Avant d’être utilisé, un test doit avoir été étalonné, c’est une des principales caractéristiques qui distinguent un
instrument d’évaluation objectif.
a)
L’échantillonnage
L’échantillon est un groupe de sujets moins nombreux que la population dont il est issu mais dont la
composition est identique à celle de la population parente.
b)
Les différents types d’étalonnages
Une fois que l’échantillon représentatif de la population a été défini, on peut procéder à l’étalonnage de leurs
scores. Les résultats de l’échantillon doivent permettre d’estimer ce qui se passe dans une population parente.
Il existe deux formes d’étalonnages couramment utilisées :

-

(1)
Les quantilages
Consiste à ordonner les notes selon un ordre croissant
Regrouper les notes en classes
Calculer les limites de classe

SCHEMA
La distribution des notes permet de représenter la distribution de l’échantillon.




Le premier tri est appelé le décilage. C’est un étalonnage en 10 classes. On définit 10 classes de notes,
d’effectifs équivalents qui vont regrouper les 10% des notes brutes les plus basses, par exemple. Etc …
On va transformer une échelle de 0 à 30 en une échelle de 0 à 10.
Le deuxième tri est le quartilage. Il s’agit d’un étalonnage en 4 classes. Chaque classe va contenir les
25% des notes observées. Les limites des classes sont les quartiles.
Le troisième tri est le centilage. Il s’agit d’un étalonnage en 100 classes. On divise les distributions en
centiles et travailler sur une distribution plus fine.

A quoi servent les quantilages ?
Il permet d’estimer les résultats dans une population et de positionner le score de l’individu que l’on étudie par
rapport à une distribution des scores de la population parente. On pourra estimer la proportion d’individus
dans la population de référence et observer à quel pourcentage appartient le sujet suivi.

9