PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



TD09 apprentissage .pdf



Original filename: TD09_apprentissage.pdf
Title: §
Author: Psycho

This PDF 1.5 document has been generated by Microsoft® Word 2010, and has been sent on pdf-archive.com on 14/03/2013 at 19:51, from IP address 89.93.x.x. The current document download page has been viewed 621 times.
File size: 308 KB (4 pages).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


TD Psychologie différentielle (n°9)

Licence 2

TD n° 9 : Différences individuelles dans le domaine de l’apprentissage
1.

Introduction

L’apprentissage est un domaine dans lequel des différences individuelles importantes se manifestent. Tous les individus
n’apprennent pas de la même manière et n’apprennent pas à la même vitesse.
2.

3.

Objectifs
-

Savoir comment on peut étudier les différences individuelles dans le domaine de l’apprentissage

-

Savoir observer et interpréter ces différences

Analyse de profils individuels

Pour mesurer les différences individuelles dans le domaine de l’apprentissage, on peut tout d’abord étudier les profils
individuels des sujets d’une expérience et les comparer entre eux.
Illustration : la vitesse d’acquisition du langage

Figure 1 : Longueur moyenne des productions verbales (LMPV) en fonction de l’âge pour 3 enfants (Brown, 1973)
Brown (1973) réalise une étude sur 3 enfants. Il enregistre tous les mois les conversations des enfants entre l’âge de 18
et 44 mois. Il mesure la longueur des énoncés linguistiques (figure 1) et définit différents stades relativement à cette
longueur.
Décrivez la figure 1 : ..........................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................

4.

Comparaison de groupes de sujets constitués a posteriori

L’étude de Nelson (1973) analyse les 50 premiers mots acquis par 18 enfants de 1 à 2 ans (19 mois de moyenne d’âge).
Elle classe les mots dans différentes catégories selon ce qu’ils désignent (tableau 1) et remarque que la répartition des
1

TD Psychologie différentielle (n°9)

Licence 2

50 premiers mots entre ces catégories se révèle très différente d’un enfant à l’autre. Elle remarque qu’on peut classer les
enfants dans 2 groupes : - Les enfants dits « référentiels »
- Les enfants dits « expressifs »

A partir du tableau 1, décrivez ces 2 groupes : ....................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
En fait, les enfants …………………… utilisent .................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
Les enfants ……………………utilisent ............................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
Tableau 1 : Répartition des catégories de mots en fonction du type d’enfant d’après Nelson (1973)
Référentiels (n = 10) Expressifs (n = 8)
Nominaux généraux (ex : maison, gâteau)

62 %

38 %

Personnels sociaux (états affectifs et relations sociales)

5%

11 %

Modificateurs (attributs, états, localisations, possessifs)

7%

12 %

Mots de fonction (fonction uniquement grammaticale)

1%

8%

Le tableau 1 ne rapporte que les catégories de mots pour lesquelles les deux groupes d’enfants diffèrent (liste non
exhaustive).
D’autres analyses ont par ailleurs montré que ces deux groupes de sujets se différenciaient aussi selon d’autres critères.
Par exemple, Nelson remarque que les référentiels atteignent le palier de 50 mots des semaines voire des mois avant les
expressifs. Par contre, les expressifs utilisent plus de courtes phrases ou expressions (en anglais : come on, thank you)
que les référentiels qui progressent surtout en apprenant des mots isolés.

5.

Comparaison de groupes de sujets constitués a priori

Une autre méthode permettant d’étudier les différences individuelles dans le domaine de l’apprentissage consiste à
constituer des groupes de sujets en fonction de leurs aptitudes dans une dimension donnée et d’observer l’effet de cette
différence sur les capacités d’apprentissage.


Illustration 1 : la résolution de problèmes

Les tests d’intelligence ne sont pas indépendants de la culture. Tous les individus ne sont pas préparés à résoudre les
mêmes problèmes. Les mesures de l’intelligence ne sont donc pas toujours fiables et peuvent sous-estimer les capacités
des individus. Pour remédier à ce problème, on peut familiariser les sujets avec la tâche. On va alors évaluer leur

2

TD Psychologie différentielle (n°9)

Licence 2

potentiel d’apprentissage. Cette évaluation est dite « dynamique ». Pour cela, on peut utiliser la méthode appelée « TestApprentissage-Retest ». On applique 3 étapes :
-

Etape 1 : le test est appliqué dans les conditions habituelles

-

Etape 2 : le sujet bénéficie d’une séance d’apprentissage

-

Etape 3 : on applique à nouveau le test

Loarer (2001) pense qu’une évaluation dynamique est moins biaisée et plus valide. Il suppose donc que le retest aura
une meilleure validité que le test. Il étudie les potentiels d’apprentissage de 147 élèves de 3 ème en utilisant le test des
matrices progressives de Raven.

Figure 2 : Matrices de Raven (exemple)
La séance d’apprentissage intercalée entre le test et le retest consiste à présenter aux élèves des problèmes proches de ce
test en leur fournissant des indications pour qu’ils prennent conscience des diverses stratégies possibles de résolution.
Parallèlement, on évalue la réussite scolaire des élèves à l’aide des évaluations des enseignants dans les domaines
littéraire et scientifique. Loarer suppose que le retest aura une meilleure validité que le test. La validité est mesurée en
corrélant la performance aux matrices de Raven et les évaluations scolaires. Les coefficients sont reportés dans la figure
3:

1er
trimestre
2ème
trimestre

Scientifique
Littéraire
Scientifique
Littéraire

Test
.36
.21
.44
.31

Tout le groupe

Retest
.37
.30
.40
.27

1er
trimestre
2ème
trimestre

Scientifique
Littéraire
Scientifique
Littéraire

Test
.28
.28
.49
.38

Retest
.25
.33
.38
.33

1er
trimestre
2ème
trimestre

Sujets ayant les scores les plus
élevés

Scientifique
Littéraire
Scientifique
Littéraire

Test
.03
.17
.04
.06

Retest
.27
.32
.18
.25

Sujets ayant les scores les moins
élevés

Figure 3 : Coefficients de validité du test et du retest

L’hypothèse de meilleure validité du retest est-elle validée pour le groupe entier ? ...........................................................
..............................................................................................................................................................................................
La distinction entre élèves obtenant un score élevé au test et élèves obtenant un score faible s’est-elle avérée
pertinente ? ...........................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
3

TD Psychologie différentielle (n°9)

Licence 2

..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................


Illustration 2 : le rôle des aptitudes

L’apprentissage est-il sous la dépendance d’aptitudes particulières ? Les sujets ayant de bonnes aptitudes spatiales
apprennent-ils mieux dans une situation qui met en jeu ces aptitudes ?
Juhel et Peltais (1994) recueillent les performances d’étudiants en psychologie dans 8 tests spatiaux. Ils sont ensuite
divisés en 2 groupes en fonction de leur score : score moyen inférieur à la médiane (S-) et score moyen supérieur à la
médiane (S+). On leur propose une tâche d’apprentissage. On leur présente des paires de figures. Après examen de la
figure 1 de la paire, dont le temps est géré par l’étudiant, la figure 2 (identique ou légèrement différente) est présentée et
ce dernier doit dire si elle est identique. L’expérience est constituée de 9 blocs. Pour chaque stimulus, on mesure les
temps d’observation de la figure 1 et le temps de réponse portant sur la figure 2. Les résultats sont représentés cidessous.

Figure 4 : Effet de l’apprentissage sur le temps d’observation et de réponse en fonction du groupe
L’apprentissage est-il sous la dépendance de l’aptitude spatiale ? .....................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................
..............................................................................................................................................................................................

4


TD09_apprentissage.pdf - page 1/4
TD09_apprentissage.pdf - page 2/4
TD09_apprentissage.pdf - page 3/4
TD09_apprentissage.pdf - page 4/4

Related documents


PDF Document td09 apprentissage
PDF Document td10 explication des differences
PDF Document dictionnaire scientifique anglais francais
PDF Document td neuropsychologie
PDF Document td neuropsychologie
PDF Document cours magistral 4


Related keywords