PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



TD2 Lastandardisation (1) .pdf


Original filename: TD2-Lastandardisation (1).pdf

This PDF 1.5 document has been generated by Microsoft® Word 2010, and has been sent on pdf-archive.com on 14/03/2013 at 19:51, from IP address 89.93.x.x. The current document download page has been viewed 1196 times.
File size: 214 KB (6 pages).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


TD Psychologie différentielle (n°2)

Licence 2

La standardisation (TD n°2)
1. Introduction
La psychologie différentielle a pour objet l’étude des différences entre individus. Justement, pour pouvoir
étudier les différences entre individus et mesurer leur ampleur, les individus doivent être placés exactement dans
la même situation, la situation doit donc être au maximum standardisée. Dans la passation d’un test, puisque
c’est une situation standardisée, le score d’un sujet peut être comparé à celui d’une population de référence,
c'est-à-dire à l’étalonnage.
Les objectifs de ce TD sont :
1.

Savoir ce qu’est la standardisation

2.

Savoir ce qu’est l’étalonnage

2. La standardisation
La standardisation (on trouve aussi le terme normalisation) correspond au fait de mettre des sujets
dans la même situation, c'est-à-dire avec des procédures d’application et d’évaluation du dispositif d’étude qui
sont identiques pour tous les individus. Elle a pour fonction essentielle d’éliminer les biais dus à la subjectivité.
Si la situation est standardisée et si les conduites des individus dont le comportement est étudié sont différentes,
elles ne peuvent s’expliquer que par les caractères propres de ces individus.
L’objectivité est maximale dans des situations comme la passation d’un dispositif informatisé ou d’un
questionnaire type QCM.
2. Uniformité des conditions d’application
Les procédures utilisées lors de l’application du dispositif d’étude (qu’il s’agisse de la passation d’un
questionnaire, d’un test psychologique, d’un dispositif expérimental, etc.) doivent être présentées de façon
détaillée afin de pouvoir les maintenir identiques pour tous les individus.
Il faut donc décrire
-

le matériel employé

-

les limites de temps

-

les consignes orales données aux sujets

-

les exercices ou exemples pour familiariser le sujet avec la tâche

-

la façon de répondre au sujet s’il pose des questions

Tout cela doit être précis.
Dans le manuel qui accompagne un test, toutes ces informations y sont indiquées.
Exemple avec la passation du sous-test "Vocabulaire" de la WAIS III, test qui permet d’évaluer l’intelligence
d’individus de 16 à 89 ans :
-

Matériel : Carte des 33 mots dans une enveloppe

-

Descriptif du subtest : Le psychologue présente un mot au sujet tout en le lisant lui-même au même

moment et il lui demande de le définir oralement
1

TD Psychologie différentielle (n°2)
-

Licence 2

Départ : Item 4. Si le sujet réussit les deux premiers items administrés (c'est-à-dire 2 points à l’item 4 et

2 points à l’item 5), le créditer des points correspondant aux items précédents.
-

Ordre inverse : Si le sujet obtient une note de 0 ou de 1 point à l’item 4 ou à l’item 5, lui administrer les

items précédents en ordre inverse jusqu’à ce qu’il réussisse deux items consécutifs, avant de continuer le subtest.
Si le sujet à obtenu 2 points à l’item 4, l’inclure dans la séquence en ordre inverse. Dès que le critère de réussite
est atteint, créditer le sujet des points correspondant aux items précédents non administrés. Continuer ensuite
l’administration des items jusqu’à ce que les critères d’arrêt soient atteints.
-

Arrêt : Après 6 échecs consécutifs. Le terme échec signifie que l’item est coté 0.

-

Consignes : Avant de commencer le subtest, dire « Maintenant, nous allons faire quelque chose de

différent. Je voudrais que vous m’expliquiez le sens de certains mots. Ecoutez attentivement et dites-moi ce que
chaque mot veut dire. Etes-vous prêts ? ». Présenter les cartes du subtest "Vocabulaire". Les placer en face du
sujet et utiliser la même présentation pour tous les mots (prononcer et montrer le mot simultanément). Montrer
l’item 4 (item de départ) et dire « Que veut dire… ? ». S’il est clair que le sujet comprend les consignes, la
formule de questionnement peut être supprimée après le troisième item administré. Seul le mot stimulus sera
alors prononcé. Veiller à se conformer à la prononciation de la région du sujet ou à celle que l’on pense lui être
familière. Reporter mot à mot la réponse du sujet dans l’espace approprié du cahier de passation. Utiliser les
exemples de réponses données dans le Manuel pour coter les réponses du sujet. Il est parfois difficile de
déterminer si le sujet connaît ou non le sens d’un mot d’après sa réponse. Dans ce cas, le psychologue peut dire
« Dites-m’en davantage » ou « Pouvez-vous m’expliquer mieux » ou toute autre indication neutre semblable.
Cependant, aucune autre forme d’interrogation ne peut être faite. Ces mêmes questions peuvent être posées
quand la réponse du sujet est trop vague pour être cotée ou quand le psychologue juge qu’il est possible d’obtenir
du sujet une réponse meilleure. Dans le cas d’une réponse valant clairement 1 ou 0 point, ne pas poser de
question. Quelquefois, vous pouvez répéter le mot ou encourager le sujet mais ne donnez jamais la bonne
réponse. Une fois que le sujet a répondu, passer à l’item suivant.
Les items sont de plus en plus difficiles :
1 – bateau

15 – connivence

27 – émulation

11 – mime

23 – invectiver

33 – conjecture

Tous les subtests de la WAIS III (soit 14 + un optionnel) ont des instructions précises comme celles du
subtest "Vocabulaire" pour leur administration. Cet exemple montre bien la nécessité de bien connaître le test
avant de le faire passer et donc de s’entraîner. En effet, la standardisation n’entraîne pas forcément un
comportement stéréotypé de l’expérimentateur : il doit être naturel et doit adapter ce qu’il dit en fonction des
réponses du sujet.
Dans les situations qui suivent, quels items l’expérimentateur doit-il administrer après ceux qui sont présentés ?
Situation 1 :

Situation 2 :

-

item 4 – 2 points

-

item 4 – 2 points

-

item 5 – 1 point

-

item 5 – 2 points

-

item suivant ?

-

item suivant ?

2

TD Psychologie différentielle (n°2)

Licence 2

Situation 3 :

Situation 4 :

-

item 4 – 0 point

-

item 4 – 1 point

-

item 3 – 2 points

-

item 5 – 1 point

-

item suivant ?

-

item 3 – 2 points

-

item 2 – 2 points

-

item suivant ?

3. Uniformité de l’évaluation et de la correction des sujets
Des observateurs différents évaluant une même caractéristique chez un même sujet doivent aboutir à un
même résultat. Pour cela, les consignes et les échelles d’évaluation ou de correction doivent être suffisamment
explicitées. Si le dispositif de réponse est fermé, l’évaluation ou la correction peut se faire sans erreur. Par
contre, si le sujet peut répondre librement, les consignes d’évaluation ou de correction doivent être exposées
clairement pour qu’il n’y ait qu’une façon possible de coter. Dans le cas de dispositifs d’étude où la part de
liberté donnée au sujet est grande, plusieurs évaluateurs codent de façon indépendante les mêmes sujets puis on
regarde les accords et désaccords entre eux (codage inter-juges).

Exemple avec la passation du sous-test "Vocabulaire" de la WAIS III :
Pour chaque item, il faut se reporter aux critères de notation et aux exemples pour coter chaque réponse.

Item 15 : Connivence
2 points

1 point

0 point

-

complicité

-

accord

-

faire des choses ensemble

-

entente secrète

-

entente

-

amitié

-

accord

-

complot

-

avoir les mêmes idées

(silencieux)

-

avoir des vues communes

-

avoir des points communs

être de mèche avec

-

accord

-

partager le secret de quelqu’un

-

association

même

-

être deux à savoir la même chose

longueur d’ondes / être en

-

décider ensemble

phase avec quelqu’un

-

être mêlé à quelque chose

-

confidence

-

tacite

quelqu’un
-

entre

deux personnes

sous-entendu
commun

(affinité)

entre

deux personnes

relation

sur

la

4. Impact d’un dispositif d’étude pas assez standardisé
Dans les évaluations scolaires, les études ont régulièrement montré que les désaccords entre correcteurs
dans l’évaluation d’une même copie étaient beaucoup plus importants que ce que l’on imagine et que ce que les
enseignants sont prêts à concéder.

3

TD Psychologie différentielle (n°2)

Licence 2

Illustration
Exercice 1
Deux enseignants (A et B) ont corrigés 10 copies (C1 à C10). Le tableau 1 indique les notes attribuées par
chacun.
Tableau 1 : Notes sur 10 attribuées par 2 enseignants à 10 copies
A
B

C1
6
4

C2
4
5

C3
2
6

C4
5
4

C5
1
6

C6
5
6

C7
3
7

C8
4
5

C9
7
5

C10
4
7

1) En examinant la différence de sévérité, les différences quand à l’utilisation de l’échelle des notes et les
différences quand à l’ordination des sujets, que peut-on dire des désaccords entre les deux correcteurs ? Donnez
les indicateurs qui vous ont aidés à répondre à cette question.
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….

2) Comment peut-on calculer la proximité des classements entre les deux expérimentateurs ?
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….

Exercice 2
Laugier et Weinberg (1932) ont fait des expériences de mutli-correction de copies du baccalauréat. 100 copies
furent tirées au hasard dans 6 disciplines. Chaque copie fut corrigée par 5 examinateurs.

Tableau 2 : Ecarts moyens, écarts les plus fréquents et écarts maximums entre les 5 examinateurs
dans les 6 disciplines
Composition française
Version latine
Composition anglaise
Mathématiques
Philosophie
Physique

Ecart moyen
3,29
2,97
2,24
2,05
3,36
1,88

Ecart le plus fréquent
6 et 7
5
4
4
5 et 7
4

4

Ecart maximum
13
12
9
9
12
8

TD Psychologie différentielle (n°2)

Licence 2

Tableau 3 : Intercorrélations entre les examinateurs pris deux à deux
dans les 6 disciplines
Coefficient le plus
faible
.37
.69
.60
.84
.11
.79

Coefficient moyen
Composition française
Version latine
Composition anglaise
Mathématiques
Philosophie
Physique

.58
.84
.78
.88
.44
.84

Coefficient le plus
élevé
.76
.94
.92
.94
.64
.90

1) Quelles sont les deux disciplines qui sont notées le plus objectivement ? Donnez les indices qui vous ont aidés
à répondre à cette question.
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….

2) Quelles sont les deux disciplines qui sont notées le moins objectivement ? Donnez les indices qui vous ont
aidés à répondre à cette question.
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
3) Quelle est la cause principale de l’absence d’objectivité ?
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
4 ) Quelles suggestions peut-on faire pour l’améliorer ?
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….

Tous ces résultats ont été régulièrement retrouvés y compris dans les travaux plus récents.

5. Etalonnage
Dans le cas spécifique des tests, la standardisation est essentielle puisque le score obtenu par le sujet est comparé
à celui de sujets placés exactement dans la même situation, il s’agit de l’étalonnage. Le groupe de référence qui
5

TD Psychologie différentielle (n°2)

Licence 2

constitue l’étalonnage a été sélectionné pour être le plus représentatif possible de la population. Par exemple,
pour la WAIS III, un étalonnage a été réalisé sur des groupes considérés comme représentatifs de la population
française : l’étalonnage est constitué de sujets de toutes les catégories sociales et appartenant à toutes les densités
démographiques (sujets habitants dans des villages ou des villes plus ou moins grandes). L’âge et le sexe ont
également été contrôlés.
Le score global qui permet de caractériser un sujet (nombre d’items réussis, temps de résolution d’un problème,
etc.) est une donnée brute dont la signification est ambiguë si elle n’est pas comparée aux scores des sujets d’une
population de référence. En effet, dire qu’un enfant a obtenu 52 points à un test n’apprend rien. C’est pourquoi
les notes brutes sont converties en notes standards par rapport à la tranche d’âge de référence.
A l’aide du tableau suivant, convertissez une note brute de 52 points en une note standard pour chacune des
tranches d’âge.
Tableau 4 : Tables de conversion des notes brutes en notes standard pour le subtest "Vocabulaire",
en fonction de plusieurs tranches d’âge
Notes standard
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19

16-17 ans
0-3
4-8
9-11
12-15
16-18
19-20
21-24
25-27
28-30
31-33
34-35
36-37
38-40
41-44
45-47
48-49
49-51
52-53
54-66

18-19 ans
0-5
6-11
12-14
15-18
19-20
21-23
24-26
27-30
31-32
33-35
36-38
39-41
42-43
44-46
47-48
49-51
52-53
54-55
56-66

35-44 ans
0-8
9-13
14-16
17-19
20-23
24-25
26-29
30-33
34-37
38-42
43-45
46-47
48-49
50-52
53-54
55-57
58-60
61-62
63-66

55-64 ans
0-8
9-13
14-16
17-19
20-23
24-25
26-29
30-33
34-37
38-42
43-46
47-50
51-53
54-56
57-59
60-61
62-63
64-65
66

70-74 ans
0-6
7-8
9-10
11-12
13-15
16-18
19-21
22-25
26-29
30-33
34-39
40-43
44-47
48-51
52-55
56-58
59-60
61-62
63-66

80-89 ans
0-5
6-7
8-9
10-11
12-14
1(-17
18-21
22-25
26-29
30-33
34-39
40-43
44-47
48-51
52-55
56-58
59-60
61-62
63-66

Note standard par
tranche d’âge
Dans cet exemple, la même note brute correspond à des notes standard allant de 13 à 18 en fonction de l’âge du
sujet.

6


Related documents


td2 lastandardisation 1
cm psychologie differentielle
td10 explication des differences
td07 intelligence
cm psychologie differentielle
cm psychologie differentielle


Related keywords