PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



Histoire de l'art 2e me quadri (Clerbois) .pdf


Original filename: Histoire de l'art 2e me quadri (Clerbois).pdf
Title: Histoire de l'art 2e me quadri (Clerbois)

This PDF 1.3 document has been generated by Pages / Mac OS X 10.9.4 Quartz PDFContext, and has been sent on pdf-archive.com on 18/08/2014 at 20:51, from IP address 109.129.x.x. The current document download page has been viewed 531 times.
File size: 437 KB (62 pages).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


Demey  Sophie  année  2012-­‐2013

                                                                                                                 

Histoire de l'art

1.Introduc:on  
Cohérence  chronologique  et  cadre  visuel  de  l’art  des  15e-­‐19e  siècles.  
-­‐

Chronologiquement,   le   cours   se   situe   entre   la   fin   du   14e   siècle   et   parcourt   le   temps   jusque   la  
fin   du   19e   siècle,   c’est-­‐à-­‐dire  les   années  1900.   Pra:quement,  et   nous   verrons  pourquoi,  ceKe  
par:e  commence  vers  1400-­‐1410  et  se  termine  en  1906,  même  si,  ponctuellement,  le  cours  
aborde  des  œuvres  réalisées  vers  1300-­‐1320.  

-­‐

Dans  ceKe  chronologie,  il  faut  percevoir  un  mouvement  contradictoire.    D’une  part,  aller  du  
15e   au   19e   siècle   couvre   une   période   immense.   Le   début   de   ceKe   période   est   absolument  
différent   de   sa   fin,   les   contextes   culturels,   techniques,   historiques,   poli:ques   et  
géographiques  changent  résolument.  Or,  de  manière  étonnante,  au  niveau  esthé:que,  ceKe  
période  se  singularise  par  une  forme  de  cohérence.    Laquelle  ?  

!
Mimésis,  scénographie,  narra:on.  

!
Le   premier   style   associé   à   l’art   du   19e   siècle,   le   Néo-­‐Classicisme,   débute   vers   1770.  
Formellement,  la  peinture  néo-­‐classique  repose  encore  sur  un  modèle  vieux  de  plus  de  350  ans,  à  
savoir  que  la  manière  de  peindre,  de  représenter,  de  res:tuer  les  formes  dans  un  espace  respecte  
une   tradi:on   héritée   de   la   Renaissance   italienne,   au   15e   siècle     si   je   remonte   dans   le   temps   à  
travers  ceKe  œuvre,  on  perçoit  bien  que  l’art  des  15e-­‐19e  siècle  est  régi  par  une  unité  formelle,  
alors  que  si  l’on  compare  ceKe  produc:on  avec  une  pierre  viking,  on  sort  de  ceKe  logique).    
Jacques-­‐Louis  David,  Le  Serment  des  Horaces,                                                    Nicolas  Poussin,  Le  Jugement  de                                        
18ème    (néoclassicisme)                                                                                                                                    Salomon  ,  17ème  (classicisme)    
           

!
!
!
!
!
1  

Demey  Sophie  année  2012-­‐2013

!
!
Masaccio,  Le  paiement  du  tribut,  15ème  siècle  (Renaissance)  
   

!
!
!
     pierre  viking  ,  Pierre  de  Vang,  11ème  siècle    

!
!
2009,  Florence                                                                                          Masaccio,  Saint  Pierre  guérit  les  malades  avec  son  ombre    

!
!
!
!
!
!
!
!
Avec   un   peu   d’humour,   on   pourrait   dire   que   le   19e   siècle,   en   peinture,   commence   vers   1420   dans   les  
rues  de  Florence  (Italie),  berceau  de  la  Renaissance  italienne.  Entre  une  œuvre  du  15e  siècle  italien  et  
une   peinture   française   de   1800,   les   principes   de   composi:on   sont   assez   semblables,   même   si,  
pendant  ce  laps  de  temps,  les  styles  ont  fortement  évolué.      

!
!
!

L’inven:on   majeure   de   la   Renaissance   est   la   représenta:on   mimé:que   sur   base   d’un  
emploi   systéma:que   de   la   perspec:ve.   Par   mimésis,   on   entend   que,   depuis   ceKe   époque,   l’art  
veut  donner  une  image  fidèle  de  la  réalité  :  on  veut  reproduire  la  réalité  telle  que  l'oeil  humain  la  
perçoit.  Or  la  représenta:on  vériste  de  la  réalité  n’est  pas  une  évidence.  En  effet,  de  nombreuses  
2  

Demey  Sophie  année  2012-­‐2013
cultures   ne   proposent   pas   un   art   qui   imite   la   réalité.   C'est   une   tradi:on   occidentale   qui   n'est   pas  
partagée  par    d'autres  civilisa:ons  comme  l'art  arabe  par  exemple  qui  est  abstrait.    
Ce   système   (mimésis)   est   basé   sur   la   perspec:ve.   Celle-­‐ci   consiste,   sur   un   tableau   à   deux  
dimensions,   à   donner   l’illusion   de   la   profondeur   en   situant   les   volumes   dans   l’espace.   La  
perspec:ve  ne  fait  que  reproduire  des  règles  d’op:que  de  la  vision  humaine  :  un  homme  situé  à  
cent   mètres   nous   apparaît   forcément   plus   pe:t   qu’un   homme   qui   se   trouve   à   deux   mètres   de  
distance,  les  lignes  de  bordure  d’une  route  semblent  converger  sur  l’horizon  en  un  point  unique.    
La  perspec:ve  va  être  scien:fique  et  systéma:sée  à  par:r  de  la  Renaissance.  Au  Moyen-­‐
Age,   on   ne   représentait   pas   la   réalité   de   ceKe   façon.   Le   Moyen-­‐Age   est   marqué   par  
l’omniprésence   de   la   religion   chré:enne   qui   impose   une   vision   théocentrique   de   l’univers.   Sur  
une   page   de   manuscrit   gothique,   par   exemple,   on   verra   que   Dieu   est   représenté   «   en   plus  
grand   »   que   les   hommes   parce   qu’il   est   «   plus   important   »   qu’un   simple   mortel   ;   le   canon   des  
personnages  ne  dépend  pas  de  sa  situa:on  dans  le  monde  mais  bien  de  sa  situa:on  au  regard  de  
Dieu.  
Au   Moyen-­‐âge,   la   représenta:on   est   donc   basée   sur   les   conven:ons   (surtout   religieuses,  
théologiques),  alors  qu’à  la  Renaissance,  l’art  tente  de  s’accorder  à  la  réalité  de  vision.    
GIOTTO  (début  du  changement)    
On   peut   voir   une   première   représenta:on   de   ceKe   évolu:on   dans   les   fresques   peintes   par   GioKo  
pour   l’église   supérieure   d’Assise,   vers   1300,   puis   en   1317   dans   les   fresques   des   chapelles   Bardi   et  
Peruzzi   de   Sainte   Croix   à   Florence.   Le   thème   iconographique   est   la   légende   de   Saint   François.   Le  
thème  peut  sembler  anodin,  mais  il  représente  un  changement  dans  les  mentalités.  Saint  François,  en  
effet,   est   un   saint   «   moderne   »,   encore   vivant   dans   les   esprits   à   ceKe   époque.   GioKo   entend,   par   ses  
fresques,  lui  donner  un  cycle  légendaire,  comme  on  l’avait  fait  pour  le  Christ.  Le  but  du  peintre  n’est  
donc  pas  de  représenter  une  «  vieille  »  légende,  mais  bien  une  «  histoire  »  presque  contemporaine.  
GioKo   ne   représente   pas   des   lieux   révélés,   mais   exprime   le   sen:ment   du   religieux   à   travers   l’homme  
moderne,  ce  qui  explique  que  les  situa:ons  sont  évoquées  avec  vérisme  dans  un  cadre  contemporain  
où  les  lieux  parlent  aux  gens  (  paysages  et  églises  d'époque).  

!
!
L’art   du   19e   siècle   est   le   fruit   de   ceKe   tradi:on   en   ce   sens   qu’il   vise   toujours   à   la  
représenta:on  mimé:que  et  qu’il  u:lise,  à  ceKe  fin,  tous  les  systèmes  inventés  à  la  Renaissance  :  
-­‐>  perspec:ve  géométrique  ou  linéaire  
3  

Demey  Sophie  année  2012-­‐2013
(Mariage  de  la  Vierge,  Raphael,  1504,  Milan  )  

!
!
!
!
!

                                                                     -­‐>  perspec:ve  atmosphérique  :  moins  par  le  dessin  et  la  géométrie  
mais   plus   par   la   facture   de   l'auteur   (La   Vierge,   l’Enfant   Jésus   et   Sainte-­‐Anne,   Léonard   de   Vinci,
1510,  musée  du  Louvre).  Camaïeu  bleu-­‐gris,  il  crée  la  technique  du  Sfumato  (<  enfumer)  :  formes  

!

beaucoup  plus  vaporeuses,  tremblantes  et  aKénuées  dans  leurs  couleurs.    

   -­‐>  le  clair-­‐obscur  :  contraste  d'opposi:on  entre  la  clarté  et  l'obscurité  (La  conversion  de  saint-­‐Paul,  
Caravage,1600,  Santa  Maria  del  Popolo  )  

!
!
!
!
!

 Au  19e  siècle,  l’art  n’est  pas  basé  sur  l’innova:on  permanente,  ce  qui  caractérise  le  rapport  
moderne  à  l’œuvre  (fin  du  19e  siècle  –  20e  siècle),  mais  plutôt  sur  une  tradi:on  qui  a  valeur  
d’exemple.  Quand  bien  même  il  innove  stylis:quement,  un  peintre  académique  du  19e  siècle  
cherche  avant  tout  à  se  hisser  à  la  hauteur  de  la  tradi:on,  ce  qui  explique,  par  exemple,  que  les  
ar:stes  néo-­‐classiques  cherchaient  à  imiter  l’art  an:que  ou  ancien  :  comparaison  Véronèse,  Les  
noces  de  Cana  ,                                                                                                            Les  romains  de  la  décadence,  1847,  
 1563,  Louvre,  œuvre  maniériste                                                                                                            musée  d'Orsay,  Couture.  

!
!
!
!

Par  conséquent,  les  caractéris:ques  structurelles  de  la  peinture  au  début  du  19e  siècle  sont  
d’applica:on  générale.  On  pourrait  les  résumer  comme  suit  :    
i.

MIMESIS   :   les   techniques   u:lisées   permeKent   de   donner   à   la   représenta:on  
«  l’illusion  »  de  la  réalité.  

4  

Demey  Sophie  année  2012-­‐2013
ii. SCENOGRAPHIE  :  comme  dans  un  théâtre,  l’image  est  «  mise  en  scène  »  pour  faciliter  
la  lecture  (structure  de  la  composi:on,  éclairage…).  
iii. NARRATION  :  le  tableau  n’est  pas  gratuit,  il  «  raconte  »  une  histoire,  :rée  d’un  texte,  

!

!

d’une  légende,  de  la  mythologie,  etc.  Image  =  texte  visuel.  

1.

L a  
R e n a i s s a n c e  
(1300/1400-­‐1600)  

!
La   Renaissance   est   un   phénomène   culturel   qui   explique   le   changement   de   concep:on   de  
l’image   à   la   fin   du   Moyen-­‐Age.   Le   mot   Renaissance   est   inventé   au   19e   siècle   par   Jules  
Michelet.  Le  terme  est  probléma:que,  car  il  est  basé  sur  une  vision  néga:ve  du  Moyen-­‐Age.  
Par   ailleurs,   la   Renaissance   n’est   pas   un   phénomène   homogène,   elle   arrive   très  
progressivement   et   ne   supprime   pas   les   arts   médiévaux   pour   autant.   Le   gothique   perdure  
longtemps  en  Angleterre,  peu  touchée  par  la  Renaissance  ;  le  Maniérisme  dure  jusqu’en  1620  
en  Espagne  alors  que  Caravage  le  met  à  mal  vers  1595  en  Italie.  

!

DOME  DE  MILAN  
L’œuvre   montre   un   gothique   flamboyant   alors   qu’il   est   édifié   pendant   les   14e,   15   et   16e  
siècles.  

!

!
!
!
!
!
!
!
!
!
Comment   expliquer   ceKe   ouverture   intellectuelle   et   culturelle   véhiculée   par  
l’Humanisme  ?  

!

5  

Demey  Sophie  année  2012-­‐2013
➢ Des  raisons  historiques  

!

i. L a   c h u t e   d e  
C o n sta n: n o p l e   e n  
1453.   La   pression   des  
Turcs   «   rétrécit   »  
l’Europe   et   coupe   des  
voies  commerciales.  
ii. L e s  
h o m m e s  
développent   donc   de  
nouvelles   poli:ques  
d e  
v o y a g e s  
débouchant   sur   de  
n o u v e l l e s  
d é c o u v e r t e s .  
D é c o u v e r t e   d u  
«   Nouveau   Monde   »  
p a r   C h r i s t o p h e  
Colomb  en  1492.  
➢ Des  raisons  religieuses  
iii.La   Renaissance   voit  
a p p a r a î t r e   l e s  
schismes   religieux   au  
sein   de   la   chré:enté  
qui  font  vaciller  l’assise  
d e   l a   r e l i g i o n  
catholique.   Dans   la  
première   moi:é   du  
16e   siècle,   la   Réforme  
e n g e n d r e  
l e  
p r o t e s t a n : s m e   ;  
C a l v i n   c r é e   l e  
calvinisme,   Luther   le  
l u t h é r i a n i s m e   ;  
en   1534,   l’Angleterre  
se   sépare   de   Rome  
donnant   naissance   à    
l’anglicanisme.    
iv.I l   e n   ré s u l te   q u e  
l’homme   ne   se   voit  
p l u s   c o m m e   u n e  
6  

Demey  Sophie  année  2012-­‐2013
créature   en:èrement  
soumise   à   Dieu   et   au  
pouvoir   d’une   église  
toute   puissante.   Il  
possède   sa   propre  
autonomie   d’ac:on   et  
de   pensée   et   peut  
mesurer   sa   place,   son  
rôle,   sa   posi:on   dans  
son   environnement.  
C’est   d’ailleurs   à   ceKe  
époque   que   l’homme  
v a   c h e r c h e r   à  
«   mesurer   »   le   réel,   en  
inventant   notamment  
la   mesure   du   temps  
(apport   de   Galilée)   ;  
auparavant,   le   temps  
était   réglé   par   la  
l i t u r g i e .   L’ h o m m e  
cherche  à  comprendre  
s a  
s i t u a : o n  
«   logique   »   dans   le  
monde.  

Les  oeuvres:  
HANS  HOLBEIN  LE  JEUNE,  LES  AMBASSADEURS,1533,  Londres    
Dieu  et  la  mort  sont  là,  mais  cachés.  La  perspec:ve  est  cohérente,  l’espace  est  mimé:que.  La  
tête  de  mort  se  base  sur  un  jeu  perspec:f,  l’anamorphose  (memento  mori).  L’œuvre  représente  
deux  ambassadeurs  de  François  1er  montrés  comme  des  intellectuels,  des  hommes  éclairés  :  ils  
ont   à   leur   portée   des   instruments   scien:fiques,   ainsi   qu’un   texte   de   Luther   qui   montre   une  
ouverture  à  la  Réforme.  

!
➢ Des  raisons  intellectuelles.  
v. L’époque   est   marquée  
par   un   phénomène  
lourd,   la   découverte  
de   l’An:quité.   A   côté  
des   textes   sacrés,   la  
7  

Demey  Sophie  année  2012-­‐2013
pensée   se   nourrit  
également  des  auteurs  
grecs  et  romains.  
vi.C e   g o û t   p o u r  
l’An:quité   va   rebondir  
au   18e   siècle   avec   les  
fouilles   de   Pompéi   et  
d’Herculanum,   puis,  
d a n s   l a   p é r i o d e  
contemporaine,   avec  
le   Néo-­‐Classicisme   à   la  
fin  du  18e  et  au  début  
du  19e  siècle.    

!
!
!
!
!
   

 

 

 

HERMAN  POSTHUMUS,  paysage  avec  ruines  an:ques,  1536,Vaduz  
Le   paysage,   ici,   c’est   l’An:quité.   La   vision   est   assez   fidèle   à   l’époque   :   les  
sites  an:ques  n’étaient  pas  ou  peu  fouillés,  ils  étaient  à  la  fois  cachés  à  la  
vue   et   visibles   puisque   des   par:es   d’architectures   émergeaient   dans   le  
paysage.   Mais   ce   sont   des   ruines,   des   morceaux   cassés,   une   syntaxe   à  
u:liser   pour   créer   une   langue,   qui   n’est   pas   seulement   copie   (un   pe:t  
personnage  mesure  une  œuvre  avec  un  compas),  mais  une  vraie  créa:on  
à  par:r  d’un  vocabulaire  connu.  

!
Le  PRIMATICE,  Ariane  couchée,  Versailles,  1543  
L’inspira:on   de   l’An:que   n’est   pas   une   copie   servile,dialogue,   échange  
entre  l'an:quité  et  la  Renaissance.  Prima:ce  moule  l’Ariane  du  Belvédère,  
mais   en   remontant   les   moules   il   change   la   posi:on   pour   donner   une   ligne  
maniériste   à   ceKe   œuvre   déjà   marquée   par   la   sensualité   de   l’art  
hellénis:que.  

!
!
8  

Demey  Sophie  année  2012-­‐2013

!
!
!
!
Très  vite,  le  modèle  humaniste  de  la  Renaissance  va  se  diffuser  à  travers  l’Europe.  

!

vii.En   Italie,   cons:tuée  
de   cités-­‐états,   les  
cours   rivalisent   de  
pres:ge   ;   l’art   est   l’un  
d e s   s u p p o r t s  
privilégiés   de   ceKe  
émula:on.   En   Italie,  
les   villes   sont   en  
c o m p é : : o n .   L e s  
princes,   les   Este   à  
Ferrare,   les   Sforza   à  
Milan,   les   Médicis   à  
Florence,   s’entourent  
d ’ h u m a n i s t e s ,   d e  
peintres,   d’ar:stes,  
p o u r   m o n t r e r   a u  
monde  leur  fortune  et  
l e u r   g o û t .   C e K e  
d y n a m i q u e   d e  
commande   explique  
l’intense   créa:on   tant  
dans   l’architecture,   la  
peinture,  la  sculpture.  

!

PALAZZO  MEDICIS-­‐RICCARDI,  Florence,1444-­‐-­‐1460  
BENOZZO  GOZZOLI,  L’ADORATION  DES  MAGES,1440-­‐1441,  chapelle  privée  des  Médicis.    
Il  s’agit  d’un  palais  de  pres:ge,  mais  qui  veut  également  montrer  la  puissance  des  Médicis  (bossages  
au  premier  niveau).  Les  Médicis  sont  des  banquiers  qui  sont  les  témoins  de  ce  nouveau  pouvoir  du  
commerce.   Leur   fortune   leur   permet   d’u:liser   l’art   comme   ou:l   de   dis:nc:on   sociale.   Les   Médicis  
osent  se  représenter  à  la  suite  des  rois  mages  (chapeaux  rouges).  

!
!

!
!
!

!

9  


Related documents


histoire de l art 2e me quadri clerbois
mgr de segur la revolution expliquee aux jeunes gens
french une divine revelation de lenfer
texte victor hundsbuckler
bruxellesbavard agenda2017
listesavant


Related keywords