Histoire de l'art 2e me quadri (Clerbois).pdf


Preview of PDF document histoire-de-l-art-2e-me-quadri-clerbois.pdf

Page 1 2 34562

Text preview


Demey  Sophie  année  2012-­‐2013
cultures   ne   proposent   pas   un   art   qui   imite   la   réalité.   C'est   une   tradi:on   occidentale   qui   n'est   pas  
partagée  par    d'autres  civilisa:ons  comme  l'art  arabe  par  exemple  qui  est  abstrait.    
Ce   système   (mimésis)   est   basé   sur   la   perspec:ve.   Celle-­‐ci   consiste,   sur   un   tableau   à   deux  
dimensions,   à   donner   l’illusion   de   la   profondeur   en   situant   les   volumes   dans   l’espace.   La  
perspec:ve  ne  fait  que  reproduire  des  règles  d’op:que  de  la  vision  humaine  :  un  homme  situé  à  
cent   mètres   nous   apparaît   forcément   plus   pe:t   qu’un   homme   qui   se   trouve   à   deux   mètres   de  
distance,  les  lignes  de  bordure  d’une  route  semblent  converger  sur  l’horizon  en  un  point  unique.    
La  perspec:ve  va  être  scien:fique  et  systéma:sée  à  par:r  de  la  Renaissance.  Au  Moyen-­‐
Age,   on   ne   représentait   pas   la   réalité   de   ceKe   façon.   Le   Moyen-­‐Age   est   marqué   par  
l’omniprésence   de   la   religion   chré:enne   qui   impose   une   vision   théocentrique   de   l’univers.   Sur  
une   page   de   manuscrit   gothique,   par   exemple,   on   verra   que   Dieu   est   représenté   «   en   plus  
grand   »   que   les   hommes   parce   qu’il   est   «   plus   important   »   qu’un   simple   mortel   ;   le   canon   des  
personnages  ne  dépend  pas  de  sa  situa:on  dans  le  monde  mais  bien  de  sa  situa:on  au  regard  de  
Dieu.  
Au   Moyen-­‐âge,   la   représenta:on   est   donc   basée   sur   les   conven:ons   (surtout   religieuses,  
théologiques),  alors  qu’à  la  Renaissance,  l’art  tente  de  s’accorder  à  la  réalité  de  vision.    
GIOTTO  (début  du  changement)    
On   peut   voir   une   première   représenta:on   de   ceKe   évolu:on   dans   les   fresques   peintes   par   GioKo  
pour   l’église   supérieure   d’Assise,   vers   1300,   puis   en   1317   dans   les   fresques   des   chapelles   Bardi   et  
Peruzzi   de   Sainte   Croix   à   Florence.   Le   thème   iconographique   est   la   légende   de   Saint   François.   Le  
thème  peut  sembler  anodin,  mais  il  représente  un  changement  dans  les  mentalités.  Saint  François,  en  
effet,   est   un   saint   «   moderne   »,   encore   vivant   dans   les   esprits   à   ceKe   époque.   GioKo   entend,   par   ses  
fresques,  lui  donner  un  cycle  légendaire,  comme  on  l’avait  fait  pour  le  Christ.  Le  but  du  peintre  n’est  
donc  pas  de  représenter  une  «  vieille  »  légende,  mais  bien  une  «  histoire  »  presque  contemporaine.  
GioKo   ne   représente   pas   des   lieux   révélés,   mais   exprime   le   sen:ment   du   religieux   à   travers   l’homme  
moderne,  ce  qui  explique  que  les  situa:ons  sont  évoquées  avec  vérisme  dans  un  cadre  contemporain  
où  les  lieux  parlent  aux  gens  (  paysages  et  églises  d'époque).  

!
!
L’art   du   19e   siècle   est   le   fruit   de   ceKe   tradi:on   en   ce   sens   qu’il   vise   toujours   à   la  
représenta:on  mimé:que  et  qu’il  u:lise,  à  ceKe  fin,  tous  les  systèmes  inventés  à  la  Renaissance  :  
-­‐>  perspec:ve  géométrique  ou  linéaire  
3