PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



boutaghou maya.pdf


Preview of PDF document boutaghou-maya.pdf

Page 1 2 345537

Text preview


3

REMERCIEMENTS
Je tiens à exprimer ma reconnaissance et mon amitié au Professeur Jean-Marie
Grassin qui a accepté de diriger ce projet, et qui a encouragé et stimulé tout au long de
mon travail ma réflexion sur l’émergence.
Mes remerciements vont également :
À l’équipe du Département d’Études Indiennes de l’Université de Chicago qui a
bien voulu faire digitaliser à mon usage des traductions anglaises de plusieurs romans
de Bankim Chandra Chatterjee.
À la bibliothèque de l’Université de Bordeaux III qui dispose d’un excellent fond
de littérature et civilisation mexicaines, et où j’ai pu trouver l’essentiel de mes
ressources critiques dans ce domaine.
À la bibliothèque de l’Université de Sydney, et à celle de l’Université de
Wollongong où j’ai pu obtenir les ouvrages pertinents sur la littérature australienne et
les articles critiques sur Marcus Clarke, et ce grâce à l’accueil chaleureux de mon ami
Henri Jeanjean, Senior Lecturer à l’Université de Wollongong.
À la bibliothèque de la Sahitya Akademi à Delhi qui tout au long de deux étés m’a
permis de réunir les documents critiques sur la littérature bengalie et sur Bankim
Chandra Chatterjee.
Aux amis du Département de Littérature Comparée de l’Université de Jadavpur,
Calcutta, dont les conseils, les discussions et l’intérêt ont confirmé mon enthousiasme.
À la librairie Manohar à Delhi dont la patience et le sérieux ont également aidé à
obtenir des ouvrages souvent épuisés.
Aux amis des Départements de Français et d’Anglais de l’Université Jawaharlal
Nehru à Delhi dont l’accueil pendant les étés 2003 et 2004, m’a assuré d'excellentes
conditions de travail.
À Jean Fontaine et à la bibliothèque du centre IBLA de Tunis qui a beaucoup
contribué à réunir les textes critiques sur Jurji Zaydan.
À M. Arselène Ben Farhat, Maître-Assistant à l’Université de Sfax, qui a
aimablement accepté de relire mes traductions de l’arabe.
À mon collègue et ami, Nicolas Lombart, Maître-Assistant à l’Université de Gabès,
dont l’aide et le soutien tout au long de la dernière année ont soulagé mon effort.
Ma profonde reconnaissance s’adresse à Didier Coste dont la relecture attentive, le
soutien permanent et, pour finir, l’aide à la mise en page ont largement aidé à la
réalisation de ce travail qui lui est dédié.