PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



article 532087 .pdf


Original filename: article_532087.pdf
Title: Tarnac : un livre au tribunal
Author: Par Joseph Confavreux et Michel Deléan

This PDF 1.4 document has been generated by / Apache FOP Version 1.0, and has been sent on pdf-archive.com on 15/05/2015 at 10:35, from IP address 87.231.x.x. The current document download page has been viewed 415 times.
File size: 256 KB (2 pages).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


1

Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr

livre Tarnac magasin général, il décrivait comment
un service policier en sursis, celui des RG, avait
cru trouver sa planche de salut dans la lutte contre
la menace anarcho-autonome, mot forgé pour les
différencier des autonomistes bretons ou corses.

Tarnac : un livre au tribunal
PAR JOSEPH CONFAVREUX ET MICHEL DELÉAN
ARTICLE PUBLIÉ LE VENDREDI 15 MAI 2015

Cette prétendue nouvelle expertise avait alors
rencontré la pensée d'une ministre de l'intérieur,
Michèle Alliot-Marie, persuadée de la résurgence de
la violence d'ultragauche, un autre mot maison visant
à la différencier de l'extrême gauche.
Le parquet de Paris demande le renvoi pour terrorisme
de trois des mis en examen du groupe du Tarnac en se
fondant principalement sur un livre, L'insurrection qui
vient. Entretien avec son éditeur, Éric Hazan, pour qui
« on n'est plus dans un État de droit ».

Mais la décision du parquet de Paris ajoute une affaire
à l'affaire, puisque avec Julien Coupat, Yildune Lévy
et Gabrielle Hallez, c'est aussi un livre, L'insurrection
qui vient, publié par le Comité invisible en 2007,
qui est renvoyé au tribunal et qui reste le pilier de
l'accusation.

Le 6 mai dernier, le parquet de Paris a décidé de
réclamer, à l'issue de sept ans d'enquête, le renvoi
pour terrorisme de trois des mis en examen de Tarnac,
soupçonnés d'avoir saboté des lignes TGV en octobre
et novembre 2008. Julien Coupat, son épouse, Yildune
Lévy, et son ex-compagne, Gabrielle Hallez risquent
ainsi d'être renvoyés devant le tribunal correctionnel
pour « participation à une association de malfaiteurs
en relation avec une entreprise terroriste».

Le parquet estime que Julien Coupat, malgré ses
dénégations, en est l’« auteur anonyme ou au moins
la principale plume » et la procureure adjointe en
fait une lecture littérale, voyant dans cet « opuscule
présenté de façon faussement béate par plusieurs
témoins comme un simple livre de philosophie » un
programme d’action suivi à la lettre par le groupe de
Tarnac.
[[lire_aussi]]
Avec cette lecture, le parquet de Paris estime donc que
« ce pamphlet expose les nécessités de provoquer une
insurrection, laquelle serait conduite par des groupes
isolés ayant adopté un mode de vie communautaire qui
auront assuré leur clandestinité».
Quelques mois après des manifestations rassemblant
plus de 4 millions de personnes dans les rues des villes
de France en défense de la liberté d'expression, la
décision a de quoi surprendre, même si elle rappelle la
manière dont la justice italienne inquiète aujourd'hui
l'écrivain Erri de Luca, qui risque la prison pour ses
propos à l'encontre des grands travaux de la ligne
de train à grande vitesse Lyon-Turin.
D'où l'envie de discuter avec l'éditeur de ce livre,
Éric Hazan, fondateur des éditions La Fabrique,
dont un certain nombre de titres pourraient, selon
la perception du parquet de Paris, valoir des

Cette décision confirme certaines des dérives du
système antiterroriste français, parfaitement mises
en évidence dans l'ouvrage consacré à l'affaire de
Tarnac par le journaliste David Dufresne. Dans son

1/2

2

Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr

accusations de terrorisme, sans compter quelques
références classiques de cette maison d'édition,
comme l'ouvrage Instructions pour une prise d'arme,

d'Auguste Blanqui, dont il faudrait peut-être, à l'aune
de la vision contemporaine du terrorisme, songer à
débaptiser le boulevard qui porte son nom…

Directeur de la publication : Edwy Plenel
Directeur éditorial : François Bonnet
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS).
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007.
Capital social : 28 501,20€.
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Gérard Cicurel, Laurent Mauduit,
Edwy Plenel (Président), Marie-Hélène Smiéjan, Thierry Wilhelm. Actionnaires directs et
indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, MarieHélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des
Amis de Mediapart.

2/2

Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Courriel : contact@mediapart.fr
Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
simplifiée au capital de 28 501,20€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Paris.


article_532087.pdf - page 1/2
article_532087.pdf - page 2/2

Related documents


article 532087
mediapart traore 20170114
article 452351
olivier roy daech fait feu de tout bois
article 742162
article 626417


Related keywords