PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



Préface Christophe Leribault .pdf


Original filename: Préface Christophe Leribault.pdf
Title: Microsoft Word - Préface Christophe Leribault.docx

This PDF 1.3 document has been generated by Word / Mac OS X 10.11.6 Quartz PDFContext, and has been sent on pdf-archive.com on 15/10/2017 at 01:06, from IP address 93.70.x.x. The current document download page has been viewed 511 times.
File size: 41 KB (1 page).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


Préface vidéo d’Agnès Guillaume
Par Christophe Leribault

L’art vidéo est au court-métrage ce que la poésie est au roman : le narratif y cède au
visionnaire. Nul étonnement à ce qu’un innocent pigeon-paon n’y gagne en inquiétante étrangeté.
Goya nous avait déjà mis en garde dans une estampe fameuse, Le sommeil de la raison engendre des
monstres : la chose volante est la matière de nos rêves.

En marge de l’exposition du Petit Palais et la Bibliothèque nationale de France consacrée à
L’estampe visionnaire de Goya à Redon, l’insertion de la vidéo inédite, qu’Agnès Guillaume nous avait
présentée sans connaitre le projet en cours, s’est imposée d’emblée comme nécessaire au propos
général de l’exposition. A ce florilège en noir majeur - ces cent-soixante-dix digressions
fantasmagoriques qu’un Charles Méryon ou qu’un Rodolphe Bresdin ont voulu nous léguer pour
obscurcir à jamais l’héritage d’un XIXe siècle trop positiviste -, la vidéo d’Agnès Guillaume offre en
écho distancé et contemporain. Elle nous rappelle avec son esthétique propre que ces œuvres du
passé ne sauraient exorciser l’inquiétude qu’elles mettent en scène, fut-ce avec génie. Se retourner
vers soi, écouter sa respiration, prendre soudain conscience des battements de paupière qui
rythment notre vision tel un obsessionnel métronome, clore les yeux et plonger dans l’obscurité, les
ouvrir fixement et découvrir le lent ballet des particules qui les habitent : nous voilà hanté à jamais.
Au noir de l’encre se substitue celui du négatif : imprimé ou projeté, il nous inonde et nous révèle
que les âmes peuvent se noyer aussi dans les cieux.


Document preview Préface Christophe Leribault.pdf - page 1/1

Related documents


pre face christophe leribault
wonderfulchapter5
wonderfulchapter4
texte sad passages
wonderfulchapter2
posesiematoug004 1


Related keywords