processionnaires terres blanches cercles d raymond 2019 .pdf

File information


Original filename: processionnaires-terres-blanches-cercles-d-raymond-2019.pdf

This PDF 1.4 document has been generated by Writer / LibreOffice 6.0, and has been sent on pdf-archive.com on 04/03/2019 at 17:12, from IP address 80.214.x.x. The current document download page has been viewed 302 times.
File size: 5.7 MB (8 pages).
Privacy: public file


Download original PDF file


processionnaires-terres-blanches-cercles-d-raymond-2019.pdf (PDF, 5.7 MB)


Share on social networks



Link to this file download page



Document preview


Les carnets

naturalistes
de Vendoire

Didier Raymond

Les Chenilles processionnaires des Terres blanches
La Tour-Blanche-Cercles (Dordogne)

Photo 1 : Cordon de Chenilles processionnaires du Pin. La-Tour-Blanche-Cercles
(Dordogne) (phot. D. Raymond fév. 2019).

Depuis mi-février les prémices d’un printemps précoce se faisaient déjà sentir. Un
ensoleillement record, étalé sur plus de dix jours, des températures inhabituelles sans être
exceptionnelles pour cette période de l’année, autant d’ingrédients concourant à
accélérer le réveil de la nature après un hiver somme toute peu rigoureux. On observait
déjà depuis le milieu de l’hiver les premiers Papillons, Citrons, Paons du jour, les
premiers Oiseaux migrateurs, Grues cendrées, Cigognes blanches qui étaient sur leurs
nids fin février en Charente Maritime, les fleurs habituellement observables toute
l’année, Pâquerettes, Pissenlits… les très prolifiques Soucis des champs dans le vignoble
Charentais (observés à Jonzac 17).

La flore se signalait, d’autre part, avec les Véroniques printanières, les Lamiers
pourpres, les Violettes odorantes, les Primevères, les Cardamines hirsutes, Becs-degrue… Dans les jardins, les Pervenches, les Narcisses, les Pétasites, les Perces neige et
autres Pommiers d’amour… Les premières fleurs des Pruniers (Mahaleb) concentraient
le travail des Abeilles et Bourdons qui ne dédaignaient pas pour autant la moindre petite
fleur pour y prélever nectar et pollen. Les Ifs expulsaient des nuages pollininiques
semblables à de la fumée...
Parmi les Oiseaux sédentaires, les Mésanges bleues et les Mésanges
charbonnières commençaient à visiter les trous des murs à la recherche d’un endroit où
faire leurs nids, les Pics épeiches mâles tambourinaient pour délimiter leur territoire et
indiquer leur présence à une femelle, les Pics Verts signalaient leur présence de leur cri
pointu, les Buses variables profitaient des colonnes d’air chaud pour s’élever en couple
au-dessus de leur domaine, prélude aux parades nuptiales, les Merles noirs perchés sur
une hauteur agrémentaient l’espace de leur chant flûté, les Moineaux domestiques se
chamallaient, les Rougegorges familiers rompaient le silence de leur chant faussement
mélancolique…, les Tourterelles turques roucoulaient aux milieu des branchages,
l’Épervier d’Europe tel un avion furtif planait le long des haies et autour des habitations
pour surprendre ses proies composées de Passereaux, petits et moyens… Bref tout
indiquait le réveil de la nature.
Dans une précédente note j’ai parlé d’une Araignée vagabonde perdue sur une
petite route goudronnée (RAYMOND 2017v), ici il s’agit de Chenilles processionnaires
du Pin, d’un petit Papillon de nuit Thaumetopoea pityocampa, égarées sur un chemin de
castine non loin du moulin à vent de Cercles. Les communes de La Tour-Blanche et
Cercles étant désormais jumelées le nouveau nom est La Tour-Blanche-Cercles. La
commune de la Tour-Blanche-Cercles et ses environs, que j’ai déjà eu l’occasion
d’évoquer à propos d’une cabane de pierres sèches (RAYMOND 2016f), possède un
patrimoine archéologique, historique et préhistorique, d’une richesse remarquable,
anciennes carrières, établissements agricoles (granges médiévales), châteaux, souterrains
(cluzeaux), gisements préhistoriques, grotte ornée notamment, gisements
paléontologiques (Asiniens du pléistocène)… La nature n’est pas en reste avec de
nombreuses pelouses calcaires hébergeant des Orchidées parfois rares et des sites
favorables au Lézard ocellé… Faisant une petite visite naturaliste sur cette commune, à
la hauteur du plateau calcaire des Terres blanches, j’ai cru tout d’abord avoir en face de
moi, étalé au milieu d’un chemin blanc, une espèce de cordage sans doute tombé d’un
véhicule. Mais en fait il s’agissait d’un cordon de Chenilles processionnaires (Photo 1).
Le singulier cortège semblait immobilisé pour une raison que j’ignorai tout d’abord.
Après avoir repéré la tête de la file indienne j’ai constaté que la première Chenille était
arrêtée et coincée sous un petit cailloux calcaire (Photo 2). D’ailleurs, les trois et
quatrième « maillons » de la chaîne étaient côte à côte comme s’il avaient continué dans
leur élan (Photo 3). Les Chenilles processionnaires s’installent en bout des branches de
Pins dans de grandes « bourses soyeuses » qu’elles fabriquent à l’aide de glandes à soie.
Elles y séjournent de l’automne au printemps et en sortent la nuit pour consommer les
aiguilles. En journée, au printemps, elles se mettent en quête d’un lieu propice à la
nymphose. C’est à cette occasion qu’elles se rassemblent au sol puis se dispersent pour
se chrysalider dans un cocon chacune de son côté. Elles peuvent rester à la surface ou
bien s’enterrer. S’agissait-il d’un début d’enfouissement ? Comme je l’ai fait remarquer
au début de cette note, le réveil de la nature, qui n’était peut-être pas complètement
endormie, est plutôt précoce. Néanmoins, février est le mois pendant lequel les

Processionnaires préparent leur nymphose, ce peut même être beaucoup plus tôt en
janvier si l’ensoleillement est suffisant. Toujours est-il que les Chenilles paraissaient
bloquées dans un environnement peu favorable à leur progression pas plus qu’au
processus naturel de leur transformation.
Il vaut mieux éviter de déranger ces Chenilles au poils très urticants qui peuvent
s’avérer dangereuses si elles sont en grand nombre et si on est sujet à des allergie. Les
Mésanges sont des prédateurs efficaces des Processionnaires et d’autres Chenilles en
période de nourrissage des oisillons, d’où l’utilité de favoriser leur nidification en
installant des boites adaptées aux différentes espèces quand l’environnement n’offre pas
suffisamment de cachettes naturelles. Il existe une autre processionnaire tout aussi
urticante, la Processionnaire du Chêne, Thaumetopoea processionea, autre petit Papillon
de nuit de la famille des Notodontidés.
Le Moulin des Terres blanches est implanté au milieu d’anciennes carrières de
meules et de vestiges de structures agricoles médiévales, dont des silos taillés dans la
roche encaissante. Sur cette portion de plateau calcaire dénudé l’essence dominante est
l’If. On peut observer le Roitelet triple-bandeau dans cet arbre à la croissance très lente.
En arrière, domine le Chêne pédonculé et ça et là quelques Pins sylvestres peuvent servir
d’hôtes aux Chenilles processionnaires...

Photo 2 : Cordon de Chenilles processionnaires du Pin, tête de file. La-Tour-BlancheCercles (Dordogne) (phot. D. Raymond fév. 2019).

Photo 3 : Cordon de Chenilles processionnaires du Pin, queue de file. La-Tour-BlancheCercles (Dordogne) (phot. D. Raymond fév. 2019).

Photo 4 : Une meule abandonnée avant son dégagement complet de l’assise calcaire.
La-Tour-Blanche-Cercles (Dordogne) (phot. D. Raymond fév. 2019).

Photo 5 : Le Séneçon commun, Senecio vulgaris, s’adapte à des milieux variés et parfois
arides. Il peut fleurir toute l’année. La-Tour-Blanche-Cercles (Dordogne)
(phot. D. Raymond fév. 2019).

Photo 6 : L’Ellébore fétide, Helleborus foetidus, prospère en lisière de bois au milieu des
Chênes là où le sol est plus profond. La-Tour-Blanche-Cercles (Dordogne)
(phot. D. Raymond fév. 2019).

Photo 7 : La Capillaire de Montpellier, Adiantum capillus-veneris, une petite Fougère
typique des entrées de grottes de cette région calcaire. La plante a profité d’une fenêtre
ouverte par le dégagement d’un cartier de roche sur le flanc d’un ancien silo. L’endroit
offre les conditions favorables à son développement. La-Tour-Blanche-Cercles
(Dordogne) (phot. D. Raymond fév. 2019).

Photo 8 : La Capillaire de Montpellier, Adiantum capillus-veneris, vue de l’intérieur
du silo. La-Tour-Blanche-Cercles (Dordogne) (phot. D. Raymond fév. 2019).

Bibliographie
RAYMOND D., 2016f – Note sur une petite cabane en pierre sèche à toiture en
encorbellement de la commune de La Tour-Blanche (Dordogne). Chez l'auteur et édition
numérique, 21 pages, 5 planches, 13 photos.
http://www.fichier-pdf.fr/2016/04/10/cabane-en-pierre-seche-la-tour-blanche-dordogned-raymond/
RAYMOND D., 2017v – Les carnets naturalistes de Vendoire. Araignées. Une Argiope
vagabonde « Argiope bruennichi », Vendoire (Dordogne). On the road again… Chez
l'auteur et édition numérique, 6 pages, 1 photo.
https://www.fichier-pdf.fr/2017/09/18/argiope-bruennichi-autotomie-carnets-vendoire-draymond/
https://www.pdf-archive.com/2017/09/18/argiope-bruennichi-autotomie-carnetsvendoire-d-raymond/

Documents en ligne
Le meilleur documents sur les Processionnaires
https://www.insectes-net.fr/processionnaire/process5.htm
Le cycle biologique de la Chenille processionnaire du Pin
https://www.futura-sciences.com/planete/dossiers/zoologie-chenille-processionnaire-pin700/page/2/
Dangers et lutte contre la Chenille processionnaire du Pin
http://www.luttechenilleprocessionnaire.fr/la-chenille-processionnaire-est-dangereusepour-lhomme-

Dernières publications de l'auteur
RAYMOND D., 2018v – Les carnets naturalistes de Vendoire. À bientôt… 2019.
Bibliographie de 1986 à 2018. Chez l'auteur et édition numérique, 11 pages, 1 photo.
https://www.fichier-pdf.fr/2018/12/17/bibliographie-carnets-naturalistes-vendoire-2018d-raymond/
https://www.pdf-archive.com/2018/12/17/bibliographie-carnets-naturalistes-vendoire2018-d-raymond/
RAYMOND D., 2019a – Les carnets naturalistes de Vendoire. La Flore des vieux murs
(addition à la liste du 26 mai 2018). Chez l'auteur et édition numérique, 18 pages, 8
photos.
https://www.fichier-pdf.fr/2019/01/12/flore-vieux-murs-addition-carnets-vendoire-draymond-2019/
https://www.pdf-archive.com/2019/01/12/flore-vieux-murs-addition-carnets-vendoire-draymond-2019/

RAYMOND D., 2019b – Les carnets naturalistes de Vendoire. Bois fossiles silicifiés et
fragment de lame dentaire d’Éléphant antique des baïnes de Vensac (Gironde). Chez
l'auteur et édition numérique, 15 pages, 5 photos.
https://www.fichier-pdf.fr/2019/02/22/bois-fossiles-vensac-gironde-carnets-nat-draymond-2019/
https://www.pdf-archive.com/2019/02/22/bois-fossiles-vensac-gironde-carnets-nat-draymond-2019/
Achevé à Vendoire le 4 mars 2019 – Mis en ligne sur les sites
www.fichier-pdf.fr et www.pdf-archive.com


Related documents


processionnaires terres blanches cercles d raymond 2019
argiope bruennichi autotomie carnets vendoire d raymond
bibliographie carnets naturalistes vendoire 2019 d raymond
carnets nat vendoire bibliographie d raymond 2016
carnets nat vendoire bibliographie d raymond 2017
graffiti croix lorraine ronsenac carnets d raymond 2019

Link to this page


Permanent link

Use the permanent link to the download page to share your document on Facebook, Twitter, LinkedIn, or directly with a contact by e-Mail, Messenger, Whatsapp, Line..

Short link

Use the short link to share your document on Twitter or by text message (SMS)

HTML Code

Copy the following HTML code to share your document on a Website or Blog

QR Code

QR Code link to PDF file processionnaires-terres-blanches-cercles-d-raymond-2019.pdf