PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



scolie des jardins montalivet carnets nat d raymond 2019 .pdf



Original filename: scolie-des-jardins-montalivet-carnets-nat-d-raymond-2019.pdf

This PDF 1.4 document has been generated by Writer / LibreOffice 6.0, and has been sent on pdf-archive.com on 20/06/2019 at 11:06, from IP address 80.215.x.x. The current document download page has been viewed 93 times.
File size: 6.9 MB (10 pages).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


Les carnets

naturalistes
de Vendoire

Didier Raymond

Une Scolie des jardins
« Megascolia maculata maculata »

sur le littoral médocain (Gironde)

Photo 1 : La Grande Scolie « Megascolia maculata maculata », une sous-espèce
présente sur le littoral de Gironde à Montalivet (phot. D. Raymond, juin 2019).

Dans une note récente (RAYMOND 2018u) je faisais état de la présence à
Montalivet en Gironde d’un magnifique Hyménoptère Aculéate, remarquable par sa
taille et ses couleurs, la Scolie des jardins ou Grande Scolie. L’espèce, une Guêpe
solitaire appartenant à la Famille des Scoliidae, qui compte environ 350 espèces à
tendance tropicale dans le monde (McGAVIN 2005) pour un peu plus d’une dizaine
d’espèces et sous-espèces en France (?) (les données publiées manquent
malheureusement), est un ectoparasitoïde fouisseur s’attaquant aux larves de divers
Coléoptères terricoles d’assez grandes dimensions, Lucanes, Rhinocéros, gros
Hannetons…, en fait essentiellement des Scarabaeoidea. J’avais observé cette Scolie sur
des fleurs de Cotonéasters à la fin du printemps, car c’est aussi une butineuse

consciencieuse, mais je n’avais pas alors pris le temps d’en déterminer la sous-espèce,
puisqu’il en existe deux en France (une autre Megascolia, espèce bidens, présente sur la
péninsule Ibérique et en Afrique du Nord aurait également été observée suite à une
introduction accidentelle). Cette année il m’a été possible de faire quelques photos
permettant une identification plus précise (photos 1 à 8). Notons que la Scolie des jardins
peut désigner d’autres espèces comme « Scolia hirta », beaucoup plus petite (photos 8 à
12).
Quand on voit se poser une Scolie des jardins sur des fleurs, on est tout de suite
impressionné par la taille de l’insecte qui peut dépasser 5cm chez la femelle (certains
auteurs annoncent jusqu’à 6cm, CHINERY 1994) et dont l’envergure peut approcher
10cm. Même les redoutables, ou plutôt « injustement redoutés », Frelons d’Europe,
grosses Guêpes sociales, paraissent légers à côté de cette Guêpe solitaire ! J’avais dans
un premier temps désigné l’insecte sous le nom de Scolia flavifrons utilisant pour cela
l’excellent guide des insectes de Michael Chinery. Mais comme l’édition du guide date
un peu, 2005 pour la plus récente en ma possession, j’ignorais que cette dénomination
était devenue un synonyme. De plus, deux formes légèrement différentes et identifiées de
longue date sont considérées aujourd’hui comme des sous-espèces (BERLAND 1925).
Du Genre Scolia on passe désormais à Megascolia (grande scolie), et la variété flavifrons
(à front jaune) devient la sous-espèce maculata flavifrons (tachetée à front jaune)
puisqu’une autre sous-espèce, la nominale, est désignée par le nom de maculata
maculata (doublement tachetée en quelque sorte). C’est cette dernière qui est illustrée
par les photos ici présentes.
La Grande Scolie de Monta, des jardins ou d’ailleurs, s’appelle par conséquent
« Megascolia maculata maculata » qui correspond à la Scolie hémorrhoïdale (Scolia
hemorrhoidalis des anciens atlas, BERLAND 1925). La sous-espèce flavifrons possède
une pilosité noire et la sous-espèce nominale une pilosité rousse, ce sont les principaux
caractères de différenciation (photos 1 à 8). Megascolia maculata flavifrons semble
cantonnée en France à la région méditerranéenne et dans la zone littorale où elle parasite
quasi exclusivement les larves du Rhinocéros « Oryctes nasicornis », et maculata
maculata qui aurait une plus large répartition géographique profiterait des larves de
Lucanes, Lucanus cervus, et de Hannetons, Polyphylla fullo, Anoxia villosa…
(VERRECKEN, CARRIÈRE 2003). Dans sa monographie sur les Hyménoptères,
Berland mentionne la variété haemorrhoidalis de l’époque (aujourd’hui maculata
maculata) commune dans le département des Landes et ne paraissant pas coexister avec
maculata flavifrons (ex. flavifrons) dans le Sud-Ouest (BERLAND 1925).
L’environnement, à, et autour de Montalivet où les Chênes sont très présents correspond
au biotope du Cerf-volant. Bien que généralement cantonné aux feuillus il a néanmoins
été signalé dans le Pin (COLAS 1974). Le Hanneton foulon affectionne les lieux
sablonneux et la présence d’aiguilles de Pins qui sont mâchées par les adultes
(CHINERY 2005). Leur larves se développent sur les racines de Joncs et de Graminées
(Ammophyla arenaria, Oyat, Roseau des sables), flore également présente à Montalivet
sur la dune et alentour. Quant au Rhinocéros, j’en ai observé à Vendoire dans le bois
pourrissant d’une vieille souche de Tilleul mais je ne connais pas son statut sur la côte
médocaine. Sa présence est signalée comme certaine en Gironde par le mnhn (voir le lien
plus loin). Quoi qu’il en soit, il semble que l’espèce soit en voie de raréfaction sur
l’ensemble du territoire français ce qui est malheureusement le cas pour un grand
nombre d’espèces en général, insectes et autres.

La fiche du mnhn consacrée à Megascolia maculata (voir le lien plus loin) ne fait
pas la distinction entre les deux sous-espèces et signale la présence de la Grande Scolie
en Gironde et dans les Landes de façon certaine. Concernant ces deux départements il
s’agit très probablement de la sous-espèce maculata maculata qui voisine avec Scolia
hirta, également présente sur les dunes et alentour (photos 8 à 12). Les deux espèces se
rencontrent ensemble sur les fleurs. Scolia hirta parasite les larves de Cétoines,
abondantes dans l’environnement littoral.
Même si elle est impressionnante la Grande Scolie ou Scolie des Jardins est tout à
fait inoffensive et quand elle est affairée sur une inflorescence de Cotonéaster, par
exemple, on a tout le loisir de l’observer de très près sans qu’elle montre un quelconque
intérêt à notre égard, ce qui est d’ailleurs valable pour les autres Scolies. C’est aussi le
cas de nombreux Hyménoptères au travail, mais à la différence des Guêpes sociales
(Frelons compris), ou des Abeilles, on ne court aucun risque d’être piqué même
accidentellement.
On peut lire pas mal d’approximations sur les Scolies dans la littérature
entomologique et sur les sites internet dédiés, soit par défaut d’observations, les
Scoliidae étant encore aujourd’hui assez mal connus, soit par excès de compilations. Les
recherches les plus anciennes les concernant remontent pourtant au XIX e siècle avec les
travaux de Passerini (1840) et Fabre (1891), puis au XX e avec celles de Berland (1925)
(VERRECKEN, CARRIÈRE 2003). Mais les précurseurs, souvent des naturalistes de
renom, n’ont pas toujours été suivis et leurs travaux qui demandaient à être actualisés ne
l’ont pas toujours été également.

Photo 2 : Idem photo 1. La pilosité rousse qui caractérise maculata maculata est bien
visible. Un Camponote (Camponotus vagus), une des plus grandes Fourmis d’Europe
(sur la feuille en dessous), paraît minuscule à côté de la Guêpe solitaire. Montalivet
(Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 3 : Autre vue de maculata maculata. Le jaune orangé de la tête contraste
avec les parties sombres des pattes et du thorax. Montalivet (Gironde)
(phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 4 : Idem photo 3, pattes puissantes et reflets bleutés des membranes alaires.
Montalivet (Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 5 : Autre vue de maculata maculata. L’insecte s’attarde sur les petites fleurs
d’un Cotonéaster (Rosacée), contrairement aux Bourdons qui visitent très rapidement
chacune des fleurs. Montalivet (Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 6 : Idem photo 5, les 4 « plaques » jaunes des segments abdominaux sont
bien visibles. Montalivet (Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 7 : Idem photos 5 et 6, la rousseur des poils différencie la sous-espèce
maculata flavifrons, à pilosité noire, de maculata maculata. Montalivet
(Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 8 : Autre vue de maculata maculata avec à l’extrême droite de l’image
une autre Scolie, l’espèce Scolia hirta beaucoup plus petite. Montalivet
(Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 9 : Scolia hirta sur une inflorescence de Cotonéaster. Les 2 « plaques »
jaunes de l’abdomen tranchent avec la noirceur totale de l’Insecte. Montalivet
(Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 10 : Idem photo 9. Montalivet (Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 11 : Idem photo 9 et 10, l’Insecte vu de face. Montalivet (Gironde)
(phot. D. Raymond, juin 2019).

Photo 12 : Autre vue de Scolia hirta, plaques jaunes et reflets bleutés métalliques
des ailes. Montalivet (Gironde) (phot. D. Raymond, juin 2019).

Bibliographie
BERLAND L., 1925 - Faune de France 10. Fédération Française des Sociétés de
Sciences Naturelles. Office Central de Faunistique – Hyménoptères vespiformes. Volume
I. Paris Paul Lechevalier. 364 p., 663 fig.
https://faunedefrance.org/bibliotheque/docs/
L.BERLAND(FdeFr10)Hym.vespiformes1.pdf
CHINERY M., General Editor, 1990 – The Natural History of Britain and Europe.
Rainbow books. 399 p.
CHINERY M. (sous la direction de), 1994 – Histoire Naturelle de France et d'Europe.
Arthaud. 384 p.
CHINERY M., 2005 - Insectes de France et d'Europe Occidentale. Flammarion. 320 p.
COLAS G., 1974 – Guide de l'Entomologiste. L'Entomologiste sur le Terrain,
Préparation, Conservation des Insectes et des Collections. Boubée. 329 p.
FABRE J.-H., 1891 - Souvenirs entomologiques (Troisième série) (Scolies pp. 1-69) Éd. Ch. Delagrave, Paris, 434 pp. (Livres I à X en ligne) :
https://www.ebooksgratuits.com/ebooks.php
FELIX J., TOMAN J., HISEK K., 1985 – Guide du promeneur dans la nature. Hatier.
422 p.
HAMON J., 1996 - Un casse-tête inattendu, la nomenclature des scolies françaises
(Hymenoptera Scoliidae). In: Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, 65 e
année, n°3, mars 1996. pp. 100-104.
https://www.persee.fr/doc/linly_0366-1326_1996_num_65_3_11113
McGAVIN G., 2005 – Insectes, Araignées et autres Arthropodes Terrestres. L'Oeil
Nature. Larousse. 256 p.
POUVREAU A., 1999 – Les Hyménoptères venimeux piqueurs. Insectes et santé,
Revue Insectes n° 112 1999 (1). pp. 3-6.
https://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i112pouvreau.pdf
RAYMOND D., 2018u – Les carnets naturalistes de Vendoire. Les Oiseaux du jardin de
Monta, et autres petites bêtes. Chez l'auteur et édition numérique, 11 pages, 2 photos.
https://www.fichier-pdf.fr/2018/12/16/les-oiseaux-du-jardin-de-monta-carnets-nat-draymond-2018/
https://www.pdf-archive.com/2018/12/16/les-oiseaux-du-jardin-de-monta-carnets-nat-draymond-2018/
STANEK V., J., 1977 – Encyclopédie illustrée des insectes. Gründ. 548 p.
VEREECKEN N. CARRIÈRE J., 2003 - Contribution à l’étude éthologique de la
grande Scolie à front jaune Megascolia maculata flavifrons (F., 1775) (Hymenoptera,

Scoliidae) en France méditerranéenne. In Notes fauniques de Gembloux, n° 53 (2003) :
pp. 71-80.
https://www.animateur-nature.com/telechargements/animaux/scolie-jardin.pdf
ZAHRADNIK J., SEVERA F., 1991 – Insectes. Gründ. 312 p.

Sites, blogs et documents
Fiche Megascolia maculata (Drury, 1773) Scolie des jardins (Français)
https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/231728
Fiches taxons : Tiphiidae, Scoliidae, Sapigidae, Mutillidae
http://www.old.gretia.org/dossiers_liens/nosact/inv_pdl/pdf/Fiches_taxons/Tiphiidae,
%20Scoliidae,%20Sapygidae,%20Mutillidae.pdf
Atlas des Hyménoptères, Scoliidae, Genre Megascolia...
http://www.atlashymenoptera.net/page.asp?id=50
Fiche Megascolia maculata, Wikipedia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Megascolia_maculata
Écosociosystèmes… les Scolies
http://www.ecosociosystemes.fr/scolies.html
Scolie des Jardins, inra...
http://ephytia.inra.fr/fr/C/20205/Agiir-Scolie-des-jardins
Les Hyménoptères - par Claire Villemant, Opie-insectes
https://www7.inra.fr/opie-insectes/hymenos.htm
Fiche Oryctes nasicornis mnhn
https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/10964

Dernière publication de l’auteur
RAYMOND D., 2019n – Les carnets naturalistes de Vendoire. Graffiti. Une « croix de
Lorraine » gravée sur une pierre de l’église Saint-Jean-Baptiste de Ronsenac (Charente).
Chez l'auteur et édition numérique, 6 pages, 5 photos.
https://www.fichier-pdf.fr/2019/06/11/graffiti-croix-lorraine-ronsenac-carnets-draymond-2019/
https://www.pdf-archive.com/2019/06/11/graffiti-croix-lorraine-ronsenac-carnets-draymond-2019/
Achevé à Vendoire le 20 juin 2019 – Mis en ligne sur les sites
www.fichier-pdf.fr et www.pdf-archive.com


Related documents


PDF Document les oiseaux du jardin de monta carnets nat d raymond 2018
PDF Document morilles siliceuses carnets naturalistes d raymond 2016
PDF Document scolie des jardins montalivet carnets nat d raymond 2019
PDF Document morilles siliceuses littoral medoc carnets d raymond 2018
PDF Document ascidies fossiles morilles siliceuses d raymond 2018
PDF Document les coprins d abord carnets nat vendoire d raymond 2017


Related keywords