Memoire collective Violences Politiques en Guinée.pdf


Preview of PDF document memoire-collective---violences-politiques-en-guinee.pdf

Page 1...3 4 567358

Text preview


REMERCIEMENTS
Cet ouvrage est issu du travail de terrain et de dépouillement
d’archives réalisé par chacun de ses contributeurs. Il n’aurait
pas pu voir le jour sans le soutien financier de l’Union européenne. Il a également été rendu possible grâce à la mobilisation
de la rédaction de RFI et au soutien des équipes de la FIDH
et de l’OGDH à Paris et à Conakry.
« Mémoire collective » est né d’un partage d’expertises entre
des organisations qui travaillent sur l’Afrique avec des approches
différentes, mais qui ont fait le pari de croiser leurs regards.
La FIDH remercie les responsables de RFI, notamment
Marie-Christine Saragosse, PDG de France Médias Monde,
Cécile Mégie, directrice de RFI et Yves Rocle, adjoint en charge
de l’information Afrique, qui ont rendu possible cette recherche
hors-norme par l’implication de leurs équipes.
Les contributeurs souhaitent particulièrement remercier Laurent
Correau qui a assuré une grande partie de la coordination de
cet ouvrage. Sans son dynamisme, son implication et sa grande
rigueur, cette mémoire aurait été moins collective. Les missions
de terrain qui ont nourri cette recherche ont été réalisées grâce
au travail d’organisation de Zoé Bertrand. Cet ouvrage a
également bénéficié, dans sa phase de finalisation, de l’appui
scientifique de Martin Mourre et Romain Tiquet dont les
relectures et les observations ont été essentielles. Merci également à Céline Pauthier, Jean-Pierre Bat et Francis Simonis
qui ont aidé ce travail à prendre forme par leurs conseils.
Ce livre n’aurait pas été possible sans les dizaines de rencontres
qui ont eu lieu, en France et en Guinée, rencontres au cours
desquelles des souvenirs ont été échangés, des documents
partagés, de nouveaux interlocuteurs identifiés. Citer tous ceux
qui ont été les « sources » de ce livre, ont aidé ou guidé ses
contributeurs serait impossible. Merci donc à Mathieu Fribault,
Mafa, Alseny Sall, Ibrahim Baldé, Roland Colin, « Matraque »…
et, à travers eux, à tous ceux qui ont contribué à faire reculer
le silence dans le récit historique guinéen.

L’équipe de coordination, composée de Zoé Bertrand, Laurent
Correau, Florent Geel et Antonin Rabecq, tient à remercier
toutes les personnes qui ont, à un titre ou à un autre, contribué
à rendre cet ouvrage possible et notamment, à Conakry :
Gerardus Gielen, Els Mortier, Pratima Frantzen et Alimou
Sow mais aussi Philippe Van Damme et Beatriz Betegon
Ramiro de la Délégation de l’Union européenne en Guinée ;
la grande équipe du projet conjoint de la FIDH et de l’OGDH
en Guinée : Mamadou Bah, Cherif Bangoura, Amadou Barry,
Halimatou Camara, Boubacar Diop, Mohamed Dioubaté,
Alseny Sall, Ousmane Soumah et Aboubacar Sylla ; Abdoul
Gadiry Diallo et l’ensemble de l’OGDH ; Me Frédéric Foromo
Loua et l’ensemble de MDT ; Abbas Bah et l’ensemble de
l’AVCB ; Ibrahima Dioumessy et l’ensemble de l’AVR ; Asmaou
Diallo et l’ensemble de l’AVIPA. À Paris : Laurent Chaffard
et l’ensemble du service Afrique de RFI. À Bordeaux : Frédéric
Laux et les archives Bordeaux Métropole. À Manage en Belgique : Émile Lansman et les éditions Lansman.
La FIDH a également bénéficié de l’apport et du soutien de :
Hassatou Ba-Minté, Solène Baudy-Floch, Souhayr Belhassen,
Mathilde Chiffert, Dimitris Christopoulos, Audrey Couprie,
Justine Duby, Mabassa Fall, Samuel Hanryon, Tcherina Jerolon,
Sidiki Kaba, Samia Merah, Tony Minet, Paul Nsapu, Marceau
Sivieude, Drissa Traore, Anne Vesque. Sans oublier le Groupe
d’action judiciaire.
Enfin, Claire Duriez (Origami - Atelier de Communication),
Delphine Nabucet (ADN Agence Delphine Nabucet), Antoine
Guinet, Mathilde Penchinat, Mahesh Shantaram (Agence VU),
ont joué un rôle essentiel dans la concrétisation de cet ouvrage.
Le contenu de ce livre relève bien évidemment de la seule
responsabilité de ses auteurs et ne reflète pas nécessairement
le point de vue de l’Union européenne.