PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



LCF 9 RVB planche .pdf


Original filename: LCF 9 RVB planche.pdf

This PDF 1.4 document has been generated by Adobe InDesign CC 13.0 (Macintosh) / Adobe PDF Library 15.0, and has been sent on pdf-archive.com on 27/01/2020 at 17:12, from IP address 90.90.x.x. The current document download page has been viewed 26 times.
File size: 89.7 MB (25 pages).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


Malo

– dimanche de novembre –
17:05

Le soleil se couche.
J’essaie d’écrire un édito
qui soit original,
drôle, et touchant.
p.16-17 Aimée Blot
p.26-27 Nicolas Pedegert
p.4-5

p.38-39 Antwan Thompson

Esther Elena Rosiny-Wieland

17:09

Je repense à ma première
crème fraîche.
Amère et écœurante.

17:23

p.18

Je mets de la musique
pour m’inspirer
(Skeeter Davis The end of the world).
Je me dis qu’elle irait très
bien dans un HEARTBROKEN MIX.
Je pense aux autres musiques
que j’y mettrais.

Leny Soupama

Lucas Lanoue

p.40-41 Rosa Gabbert

p.19

p.8-13

Caroline Gibaut

17:40

Je me dis qu’il faudrait
faire quelque chose
pour que d’autres puissent
écrire l’édito
s’ils le souhaitent.

17:45

Je me demande
comment glisser subtilement
un indice sur l’origine
de La Crème Fraîche.

17:53

Une sirène de police
retentit dans ma rue.
Je veux écrire ACAB
puis me dis que ça irait
à l’encontre de notre manifeste.

17:29

17:58

J’écris quelque chose
à propos du pot de crème fraîche
ouvert depuis trois semaines
dans mon frigo.

p.28-31 Margaux Escourolle

Le voisin rentre chez lui
avec sa fille.
Je les entends
monter les escaliers.
Je regarde l’heure.

Je coupe la musique
pour me re-concentrer
sur l’édito.
Je trouve la conclusion.

17:25
p.6-8

17:38

17:35

La photo d’une femme nue
accrochée sur mon mur
me regarde.
Je me dis que c’est
encore raté pour cet édito.

Je jette le pot à la poubelle
et supprime ce que j’ai écrit.
Le soleil est couché.

18:02

Sélection des œuvres   :
Gab, Colin, Margaux et Malo

Ce numéro a été
entièrement
financé par l’ADJCI.
Merci à eux de ouf   !

Je remets la musique
et écris la conclusion.

p.32-35 Alice Panziera

Chloé Coislier
p.20-23 Charlotte Skurzak

p.42-44 Clara Coulambon

p.45-46 Navarro & Vilaceque
p.14-15 Léo la castagne

p.24-25 Jeanne Martinet

p.36-37 Nin

Design graphique
(mise en page et couverture)   :
Juliette Thuault @jultt.thu

@sylvesterallone

L'HISTOIRE DE LÉNA ET DU CHIEN ROSE

Texte : Lucas Lanoue

Prélude :
Hey salut j'suis en galère...
j'ai perdu mon chien... tu l'aurais pas vu ?
Je le promenais dans les bois ce matin et il
m'a échappé... Un petit chien rose comme ça
tu l'as pas vu ? Il s'appelle "Amor'"et quand
il aboie ça fait "jet'aimejet'aimejet'aime"
Mais il est où ?! AAAAAMMMMMMOOOOORRR?!?!?

03/02/2019 : à Justin
ça va ? J' suis sur Gre'. J'arrive pas à taper
mon C.V frérot... Si tu m'en tapes un nouveau
je te file vingt balles, promis, sur ton compte
courant dès ce soir. Réponds S.T.P y'a bon...
J'ai connu une nana sur facebook..c'est
une..artiste. Elle joue de la guitare sur des
photos en noir et
blancs, elle est belle
comme si elle était
pas d'ce monde.. alors
devine.. j' lui ai
fait « l'chien rose » !!
Et je lui ai demandé
si elle ne connaissait
pas cette chanson de
Vassiliu par hasard..
« - Cette chanson c'est
toute mon enfance !
Merci pour la piqûre de
rappel » a-t-elle dit.
- Bonjour inconnu, dit elle, on s'connaît ?
Ton visage me dit quelque chose.. t'es
d'Grenoble ?

Eh ouais mon gars !! Elle répond au doux nom
de Léna Bowers. Et si Dieu le veut je lui ferai...
de la place.. et encore d'avantage ! Car je veux
croire... 'Akejel'aim. Désolé pour avoir oublié
que tu passais sur le billard,et remets-toi
bien ! Bon courage ! À bientôt ! Et respect à ceux
qui souffrent en silence !..BISOU

05/02/2019
Salut Just' !!
Toi mon frère,
mon ami, mon whisky,
mon valium...
ma cabine téléphonique sous la pluie !
Mon abribus et mon
plan d' métro.
La Saga continue,
ouvre bien
tes oreilles il faut
l'entendre pour
le croire !

Tu te rappelles que mon récit en était au moment
où le héros qui a connu cette fille sur facebook
qui porte le nom de sa chanson préférée, est
obsédé par elle. Comme hanté par son fantôme
- Ouais, toi aussi ?
parlant, qui du bout des lèvres lui soufflait
- Ouais...
une promesse inespérée.. - « à bientôt inconnu... » avait-elle susurrée.
- Il paraît qu'un matelot ne devrait pas rester Avant que la page ne se referme laissant notre
trop longtemps éloigné de son port
toujours seul et toujours pauvre Jack Loucas
d'attache.. je ne suis pas d'accord mais bon.. dans sa cabine téléphonique de Rainstreet'
il faut bien rentrer au port..
sans un cent' pour prolonger l'agonie d'un
appel...Appel à quoi d'ailleurs ? Attends
- Inconnu ou pas tu m'as l'air d'un sacré
laisse-moi le temps d'aller au bistrot Just',
personnage...dit-elle..
j' bois une pinte et j' te rappelle... 10
minutes please.
- Okay.., avais-je dit, ..Si tu joues toujours
de la musique, si tu veux faire un bœuf
-Hhhhhaaaaaaaa... Je savais bien qu'un inconnu
ou sortir ? Je veux bien que tu me tiennes
pour autant qu'il le soit... c'est déjà pas
au courant, lui dis-je encore.
rien, c'est quelque chose... un inconnu ce
n'était pas personne... un « inconnu » c'était
Elle m'a dit... elle a dit..oui « Si le vent
déjà... « quelqu'un ».
rapproche nos voiles.. » »
D'où l'Espoir qu'elle rappelle...Aussi je ne
bougeais plus d'un poil de couille de cette
C'est pas beau ça ?!? Alors je patiente.. Je
« God damned cabine esseulée de rainstreet »
veux patienter pour lui montrer que je suis
et je m'en remettais tout entier...au vent.
fort ! Puis je lui enverrai ceci...
Pour tuer l'ennui je roulais des clopes...
- J'suis en galère, j'me promenais dans les
et pour le chagrin: You-tube – Léna – Pierre
bois ce matin et j'ai perdu ...mon maître.
Vassiliu... en boucle...

IMPARABLE. Si mon cœur demeurait à Rainstreet,
attendant le coup de garce... mon cul, lui,
vaquait à ses occupations... C.V pizzeria...
pôle emploi...Mon cul à la Sécu'... mon cul
sur une chaise chez Claire... Okay'
Je ne sais plus comment c'est venu mais nous
avons parlé de mon baptême.
Jack Loucas baptisé pour Pâques... un graaaand'
pas vers le Seigneur... Seigneur décidément
très bavard ces temps-ci.. pour Pâques
c'est chaud, il faudra jouer des coudes avec
l'évêque, que je rencontre demain et auparavant
«   une lettre de motiv' sur ma Foi   » rédigée
hier à minuit... qu'il me fallait pondre
sur le tas, en plus de tout le reste   !
je n'avais pas la tête à ça... mais sinon
ça remettait le baptême à l'année prochaine.
J'étais naze du coup c'est comme si je ne
croyais plus en rien... dur de penser etc...
Jésus, (où... le vent   ?), lui, continuait
de parler, de dire à qui voudrait l'entendre
qu'il était là... sous ma chaise...dans mon
cœur... et même   ! Même à Rainstreet.

Claire    :






  «    Lucas, tu n'as qu'à manger ici,
après il y a la réunion de prière
du 153 et après on fera ta lettre
tous les deux si tu veux   ? Alors tu
te baptises ou pas   ? C'est maintenant   !
Ou plus tard, TROP TARD.   »

C'est moi qui dit TROP TARD et c'est moi qui
doute comme d' hab' Mais j'ai dit OUI. Okay'
Claire... je reste.
Le vent souffle frérot, c'est l'entracte
je vais en boire une autre et je termine.
Bon, Hhhhaaaaaa... voilà, Je suis finalement
resté bouffer.
J'essayais de penser à ma lettre pour l'évêque
et en même temps j'essayais de ne pas penser
.. à Léna (t'es par ici t'es par là) sous ma
chaise, dans le vent.. «   t'es daaanns moon
coouuuu   » cette chanson c'était toute son
enfance... elle m'avait dit merci elle avait
dit... elle avait promis... que le vent se
lèverait.
Moi je me suis levé de la chaise sur laquelle

je m'étais assis pour bouffer et je suis
aller préparer la salle de prière du 153,
Je suis resté, j'ai prié, J'ai chanté.
J'ai vu quelques jolies filles dans la salle
à quelques pas, bon, je prie, je suis là pour
ça non   ? Et puis ce fut la pause avant
le «   partage  ». On est censé faire
connaissance. Moi, je suis sorti fumer
ma clope de chagrin dans le vent... (   attends
là je suis au bistro et je vais vraiment fumer
ma clope, j'arrive   !) Je fumais donc cette
clope pour de vrai, dans ma fausse cabine
téléphonique en attendant la vraie deuxième
partie de la soirée au 153...
Quand une fille... aux cheveux noirs...
courts... me rejoint dehors..
et me lance avec un grand sourire tout en
s'marrant...
« - Alors...


tu l'as retrouvé   ?...

ton chien...

- Que...

quoi   ?



...Rose   ? »

c.....

Mais comment tu t'appelles   ?? »

Elle m'a dit...

- Léna   !

C'était Léna. Léna Bowers Ha ha ha   !
Depuis je lui ai un peu déclaré ma flamme, j'ai
fini ma lettre et j'ai dit oui au baptême.
je crois qu'elle m'aime bien   :
«   tu es vraiment un sacré personnage  »
mais elle a un peu peur... «   tu es vraiment
déstabilisant  ». Quand je lui ai envoyé
«   le fantôme emmuré  », Bah oui lol, «   j'aime
ton style, enfantin mais très fin  ». J' veux
qu'on s' voit elle et moi. J'essaye de pas
lui faire peur... elle est d'accord   :
«   oui ça pourrait être cool  » On va trouver
un moment frérot y faut qu'j'te laisse.
J'ai un verre à finir et un R.V à préparer
avec l'évêque BISOU.
«   Vous n'y êtes pas docteur, c'est la moustache qui est drôle  » Bisou le Just' j'espère
que tu n'as pas trop mal aux dents.

06/02/ 2019
Okay pour le baptême, pas d'accord pour Léna.
Cette fille... trop jeune pour notre héros déjà
las je la retrouve partout. J'ai passé
la journée avec elle, on est allé animer
une maison de retraite aujourd'hui avec Claire
et les autres. C'est vrai qu'elle est charmante,
mais elle va pas bien... et Jack est morose
tout plein.
Une citation de Jack Loucas   ?
«   La psychose c'est tellement relou qu'à côté
la dépression... c'est les vacances.  »
en d'autres termes
Leave me alone.

@chloe.coislier2

par Léo la castagne

@leo_la_castagne

©©

@petrouchkaka

( Dialogue pour un projet de film )
J’imagine seulement filmer un visage
à la lueur des plus beaux éclats.
Un visage-sanctuaire pour des mots-sanglots.
Des paroles incantatoires
rythmées sur le feu d’un regard.
Une femme triste comme une nuit sans aube,
la clarté de la lune retrouvée.
Tu es l’amante de la nuit,
princesse exilée des continents sombres,
guetteuse d’étoiles filantes,
louve vif-argent portée par les songes,
bourreau des visages sculptés dans l’ombre,
chienne assaillie par les flammes
qui se meurt dans les draps de l’aube.
Toi et ta peau de fantôme, Salamandre,
fille du désespoir, Eve lucifuge,
achève ta damnation de par ta volupté et ton courage.
Porte haut et fort le flambeau de l’extase.
Célébrons les cœurs souffrants,
du rouge coulera ce soir,
mais ça ne sera pas le nôtre non,
ce sera le sang des astres.
Fièvre, chant d’amour, cri de l’écorce du temps.
Excès de sentiments parcourus sur mes lèvres,
ode à la sensation, horizon perdu,
la vraie liberté sinon rien qu’une agitation maladive.
Fleuve de mes années, torrent de larmes,
fleurs fanées sur les rives effondrées,
amour ombré,berceau de chair,
muse foudroyée par des sourires de marbre..à cœur perdu.
Donne-moi des rêves d’émeraude,
je te donnerai des amours sans voiles.
Amour.

Roue de
cendres.
Le soleil a brûlé mes mots.

charlotte skurzak
@cskurzak

@cskurzak

@juanitam11
@juanitam11

bestiaire
@alice.panzi

bestiaire

@antwanjthompson

Rosa Gabbert

@clara_coulambon

Clara


Related documents


les chroniques du cactus 1
wingmakers la cinquieme interview du neruda
viol collectif a ostende
nemedhion
enjmin
la reeducation comportementale bat


Related keywords