PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Send a file File manager PDF Toolbox Search Help Contact



Laidlaw (mercier) ltée c. Québec .pdf



Original filename: Laidlaw (mercier) ltée c. Québec.pdf

This PDF 1.2 document has been generated by / Acrobat Distiller 5.0.5 (Windows), and has been sent on pdf-archive.com on 07/02/2014 at 23:07, from IP address 184.163.x.x. The current document download page has been viewed 1247 times.
File size: 74 KB (25 pages).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


COUR D'APPEL
PROVINCE DE QUÉBEC
GREFFE DE MONTRÉAL

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

No: 500-09-000111-955
(500-05-000428-936)
Le 15 août 1995
CORAM: LES HONORABLES GENDREAU
PROULX
CHAMBERLAND, JJ. C.A.

SERVICES ENVIRONNEMENTAUX LAIDLAW (MERCIER) LTÉE
APPELANTE demanderesse intimée
c.
LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE LA PROVINCE DE QUÉBEC
-etLE MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA FAUNE
INTIMÉS défendeurs requérants
-etVILLE DE MERCIER
LASALLE OIL CARRIERS INC. et
ME JEAN-MARIE BLAIS, SYNDIC DU BARREAU,
MIS EN CAUSE

J U G E M E N T

LA

COUR,

parties

ouïes

sur

le

mérite

de

l'appel

d'un

jugement

interlocutoire de la Cour supérieure, district de Montréal (honorable André
Denis), rendu le 16 décembre 1994, accueillant la requête des intimés afin de
déclarer le cabinet d'avocats Ogilvy Renault où exerce maintenant Me Marc
Prévost, le procureur de l'appelante, inhabile à occuper dans le litige des
parties;

+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

-2500-09-000111-955

Pour les motifs exprimés dans l'opinion écrite de Monsieur le juge PaulArthur Gendreau, déposée avec le présent jugement, et à laquelle souscrivent ses
collègues, Messieurs les juges Michel Proulx et Jacques Chamberland;

ACCUEILLE L'APPEL AVEC DÉPENS, CASSE LE JUGEMENT ENTREPRIS ET PROCÉDANT
À RENDRE JUGEMENT:

REJETTE LA REQUÊTE EN INHABILITÉ DES INTIMÉS AVEC DÉPENS.

PAUL-ARTHUR GENDREAU

MICHEL PROULX

JACQUES CHAMBERLAND
JJ. C.A.

Me Joseph R. Nuss, c.r., pour l'appelante
(Ahern, Lalonde, Nuss, Drymer)
Me Robert Monette, pour l'intimé P.G.Q.
(Bernard, Roy & associés)
Me Robert Rivest, pour l'intimé
Le Procureur général de la province de Québec
(Dupré, Langis)
Me Sylvie Devito, pour la mise en cause Ville de Mercier
(Bélanger, Sauvé)
Lasalle Oil Carriers Inc., mise en cause
Me Jean-Marie Blais, syndic du Barreau, mis en cause
Date de l'audition:

2 mars 1995

+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

Après avoir examiné le dossier, entendu les parties et délibéré;

COUR D'APPEL

No: 500-09-000111-955
(500-05-000428-936)

CORAM: LES HONORABLES GENDREAU
PROULX
CHAMBERLAND, JJ. C.A.

SERVICES ENVIRONNEMENTAUX LAIDLAW (MERCIER) LTÉE
APPELANTE demanderesse intimée
c.
LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE LA PROVINCE DE QUÉBEC
-etLE MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA FAUNE
INTIMÉS défendeurs requérants
-etVILLE DE MERCIER
LASALLE OIL CARRIERS INC. et
ME JEAN-MARIE BLAIS, SYNDIC DU BARREAU,
MIS EN CAUSE

OPINION DU JUGE GENDREAU

L'appelante (Laidlaw) recherche la réformation du jugement de la Cour
supérieure qui a déclaré le cabinet d'avocats Ogilvy Renault (Ogilvy) où exerce
maintenant Me Marc Prévost, son procureur, inhabile à occuper dans le litige qui
l'oppose à l'intimé, agissant ici pour le compte du ministère de l'Environnement
du Québec (le ministère). L'inhabilité alléguée par l'intimé découlerait du fait
que joignant Ogilvy, Me Marc Prévost devenait l'un des associés de Me Jean Piette
qui fut, de 1972 à 1983, avocat puis directeur du service juridique du ministère

+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

PROVINCE DE QUÉBEC
GREFFE DE MONTRÉAL

-2500-09-000111-955
de l'Environnement;

à ce titre, ce dernier aurait reçu des informations

du Québec.

LES FAITS

Ogilvy est une société installée dans trois villes, Montréal, Ottawa et
Québec, où elle compte respectivement 144, 14 et 13 avocats;

en y ajoutant le

personnel de soutien, secrétaires, para-légaux, stagiaires et étudiants, c'est
plus de 500 personnes.

Me Jean Piette (Piette) fut admis au Barreau en 1971 et a oeuvré comme
avocat

puis

comme

directeur

du

l'Environnement de 1972 à 1983;
dossier Laidlaw.

service

du

contentieux

au

ministère

de

à cette époque, il s'est impliqué dans le

Après 1983, il délaisse les affaires juridiques du ministère

pour d'autres secteurs d'activités à l'environnement.

Depuis 1991, il fait

partie du cabinet Ogilvy à Québec.

Le 18 août 1993, Me Marc Prévost (Prévost) laisse le cabinet Stikeman,
Elliott pour joindre celui d'Ogilvy à Montréal.

Il avait cependant, au cours du

mois de janvier précédent, institué une action pour jugement déclaratoire
attaquant deux avis du 16 novembre 1992 émanant du Ministre de l'Environnement,
en application de l'article 115.1 de la Loi sur la qualité de l'environnement.1
Ces ordonnances ministérielles visaient à forcer Laidlaw à décontaminer, à ses
frais, les lagunes de Ville Mercier.
groupes de reproches à l'appelante:

Le Ministre faisait essentiellement deux
a)

le déversement illégal de déchets dans

la lagune, récemment découvert grâce à une dénonciation sous serment d'un exemployé et b)

1

le pompage insuffisant et inadéquat des déchets à l'occasion de

L.R.Q., c. Q-2
+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

confidentielles sur le litige qui oppose aujourd'hui Laidlaw et le Gouvernement

-3500-09-000111-955
l'exécution d'un contrat de nettoyage confié à Laidlaw2 par le ministère en 1973.
Sommairement,

elle vise à faire déclarer par la Cour supérieure que la contamination des sols
est attribuable à des déversements autorisés par le Gouvernement entre 1968 et
1972, que, par ailleurs, les coûts de décontamination relèvent de la seule
responsabilité du ministère et qu'enfin, l'article 115.1 de la Loi sur la qualité
de l'environnement n'a pas d'effet rétroactif. C'est là, en deux mots, la nature
et la portée de la procédure signifiée par Prévost, pour son client Laidlaw, au
Gouvernement du Québec.

Lorsque Prévost quitte Stikeman, Laidlaw insiste pour que le cabinet
reste au dossier mais, en même temps, ne veut pas perdre son principal procureur
(lead counsel) dans cette affaire et son avocat depuis 1978.3 Elle demande alors
à Prévost de déposer une comparution à titre d'avocat-conseil;

aussi, malgré ce

statut et le fait qu'il soit désormais chez Ogilvy, Prévost est toujours en
charge des procédures et du procès quoique, s'il a besoin d'aide ou assistance,
il doive requérir les services des avocats de Stikeman et non ceux de Ogilvy.

Après l'arrivée de Prévost chez Ogilvy, le dossier a continué de
progresser:

il y eut trois interrogatoires, la signification d'une défense

accompagnée d'une demande reconventionnelle réclamant plus de 25 millions de
dollars et, comme on peut aisément le concevoir, de nombreux échanges écrits et
oraux entre les avocats des antagonistes.

2

J'ai toujours utilisé le terme «Laidlaw» même si d'autres
entreprises furent associées à l'affaire au motif que, ultimement,
l'appelante est aux droits et obligations de ces autres sociétés.
3

Le premier mandat de Prévost date de 1978 et mettait en
cause la société Goodfellow; le dossier est réglé le 1er octobre
1981 par l'enlèvement des boues par l'entreprise (m.a., pp. 217 à
220).
+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

La procédure de l'appelante s'attaque directement à ces griefs.

-4500-09-000111-955
Cependant, le 28 septembre 1994, l'avocat de l'intimé informe Prévost

l'appartenance de Piette à son cabinet et du rôle que celui-ci a pu jouer dans
le passé pour le ministère.

Immédiatement, Prévost prévient son associé Hesler, chargé de ces
questions chez Ogilvy.

Après enquête, Hesler émet une note de service en vue

d'isoler Prévost et Piette et établir ce que le juge Sopinka appelle, dans
Succession MacDonald c.

Martin 4 [ci-après Martin], un cône de silence, pour

éviter toute diffusion à Prévost d'informations privilégiées.

Malgré cela, le

ministère introduit sa procédure en déclaration d'inhabilité en octobre 1994.

LE JUGEMENT ET LE POURVOI

La Cour supérieure a fait droit à la demande de l'intimé:

le juge a

conclu que l'ancien directeur du service juridique du ministère, Piette, était
en conflit d'intérêts et que les mesures prises pour l'isoler étaient tardives.

L'appelante

attaque

ce

jugement

sous

plusieurs

angles

mais

les

principaux griefs faits au jugement sont les suivants:

1.

Le juge se serait rangé à l'opinion minoritaire de la Cour Suprême

dans l'arrêt Succession MacDonald c. Martin;

2.

Il aurait mal évalué la situation toute particulière de Piette qui

n'avait aucun lien avec le service juridique du ministère depuis 1982 et surtout,
l'absence de relation de celui-ci avec son nouvel associé au bureau de Montréal,
Marc Prévost;

4

[1990] 3 R.C.S. 1235
+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

que son statut de procureur de Laidlaw pose des difficultés en raison de

-5500-09-000111-955
3.

Il aurait négligé de prendre en compte que le ministère, bien que

en Cour supérieure mais aussi celles d'un dossier connexe en Cour d'appel5 et n'a
introduit sa demande d'inhabilité que quatorze mois plus tard, une conduite qui
constituerait, selon l'appelante, un consentement au moins implicite à laisser
Prévost continuer son mandat;

4.

Il aurait écarté, sans motif, les mesures prises par Ogilvy pour

protéger la confidentialité des informations, mesures que l'on prétend conformes
aux exigences du Code de déontologie des avocats6 et aux enseignements de la Cour
Suprême.7

A N A L Y S E

1.

LE DROIT

A)

Généralités

Ce pourvoi n'est en somme que l'application de l'arrêt Martin de la Cour
Suprême.

Là comme ici, la question est celle de savoir si un cabinet d'avocats

peut occuper pour une partie lorsque l'arrivée d'un nouvel associé (Prévost)
place l'un des membres de l'étude (Piette) en conflit d'intérêts.

5

P.G. du Québec c. Services Environnementaux Laidlaw
(Mercier) Ltée, [1995] R.J.Q. 377
6

7

R.R.Q. 1981, c.B-1, r. 1
Succession MacDonald c. Martin, supra, note 3
+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

parfaitement au courant de la situation, a non seulement continué les procédures

-6500-09-000111-955
J'ai déjà eu l'occasion (et c'est pourquoi je n'y reviens pas), dans

rappeler le fondement de la règle de l'interdiction du conflit d'intérêts,
essentielle à la préservation de l'intégrité du système judiciaire et au maintien
de la confiance du public à son endroit.

Cette valeur prime toutes les autres,

comme le souligne M. le juge Sopinka dans l'arrêt Martin, y compris le droit du
client au libre choix de son avocat et l'intérêt du maintien de la mobilité au
sein de la profession.

10

L'intégrité du système ne sera garantie, suivant la

Cour Suprême, que si elle apparaît protégée et c'est pourquoi le critère doit
être évalué en fonction de la perception d'une personne du public correctement
informée des faits de l'affaire.

B)

Les enseignements de l'arrêt Succession MacDonald c. Martin

Suivant l'opinion du juge Sopinka, la solution d'un litige comme celuici pose deux questions:
(...) premièrement, l'avocat a-t-il appris des faits
confidentiels, grâce à des rapports antérieurs d'avocat à
client, qui concernent l'objet du litige? Deuxièmement, y at-il un risque que ces renseignements soient utilisés au
détriment du client? 11

Sur la première question, le juge Sopinka exprime la règle ainsi:

«dès

que le client a prouvé l'existence d'un lien antérieur dont la connexité avec le
mandat dont on veut priver l'avocat est suffisante, la Cour doit en inférer que
des renseignements confidentiels ont été transmis, sauf si l'avocat convainc la

8

[1990] R.J.Q. 2455 (C.A.)

9

C.A.M. 500-09-002102-937, 12 juin 1995

10

Op. cit., supra, note 3, p. 1243

11

Id., p. 1260
+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

l'arrêt Henry c. R.8 et tout récemment dans l'affaire Castor Holdings,9 de

-7500-09-000111-955
Cour qu'aucun renseignement pertinent n'a été communiqué».

12

Est donc écartée

renversement sera une lourde tâche pour l'avocat. 13

Sur la deuxième question, la Cour Suprême, si elle affirme le principe
que l'avocat «qui a appris des faits confidentiels pertinents ne peut agir contre
son client ou son ancien client»,14 est plus nuancée pour les autres collègues
de son cabinet.
travaillent

Elle reconnaît «qu'il y a fort à présumer que les avocats qui

ensemble

échangent

des

renseignements

confidentiels»

et

c'est

pourquoi la situation de conflit d'un avocat pourra affecter tous ses confrères.
La Cour croit néanmoins qu'il est possible, par la mise en place de mécanismes
appropriés, «comme les murailles de Chine et les «cônes de silence», d'isoler
l'avocat au dossier et d'assurer ainsi que son associé ne divulgue aucun des
renseignements

privilégiés

dont

il

est

dépositaire.15

Elle

a

convié

les

instances professionnelles à définir des normes adéquates et efficaces à une
protection suffisante. Cette invitation était d'autant plus pressante que, écrit
M. le juge Sopinka, «dans la grande majorité des cas, il est improbable que les
tribunaux admettent l'efficacité de ces dispositifs, tant que la profession, par
l'entremise de son organe directeur, n'aura pas étudié la question et déterminé
qu'il

existe

des

garanties

institutionnelles

répondant

à

conserver la confiance dans l'intégrité de la profession». 16
prévient

les

sociétés

d'avocats

que

ne

constitueront

pas

la

nécessité

de

Enfin, la Cour
des

mesures

de

protection appropriées, les engagements solennels ou catégoriques des avocats,
fussent-ils donnés sous serment car, signale le juge Sopinka, «il est peu

12

Ibid

13

Ibid

14

Id., p. 1261

15

Id., p. 1262

16

Ibid
+)))))))))))))))))))))))))))))))),
* CODE VALIDEUR = I7R3FTPKDZ
.))))))))))))))))))))))))))))))))-

*

1995 CanLII 4702 (QC C.A.)

l'existence d'une présomption irréfragable bien que, selon le juge Sopinka, son


Related documents


PDF Document laidlaw mercier lte e c que bec
PDF Document foster wheeler lte e c siged inc
PDF Document r c neil
PDF Document maranda c richer
PDF Document piece 12 a ca orleans ste adecco sept 2012
PDF Document article 452351


Related keywords