PDF Archive

Easily share your PDF documents with your contacts, on the Web and Social Networks.

Share a file Manage my documents Convert Recover PDF Search Help Contact



Chapitre 2 Riche héritage .pdf



Original filename: Chapitre 2 - Riche héritage.pdf

This PDF 1.4 document has been generated by Writer / OpenOffice 4.0.1, and has been sent on pdf-archive.com on 15/02/2015 at 22:25, from IP address 46.193.x.x. The current document download page has been viewed 319 times.
File size: 113 KB (12 pages).
Privacy: public file




Download original PDF file









Document preview


Économie et management.
Licence 2.
Histoire de la pensée économique.

Année
2014 - 2015

Chapitre 2 :
Riche héritage

Pierre Garello.

I _ Philosophes de la cité.
→ Époque archaïque : à partir du VIIème siècle av. J-C.
→ Apparition des cités, petits territoires indépendants et politiquement structurés.
→ Population : forte augmentation.
→ Création de colonies grecques : îles de la mer Égée, Asie mineure et autres régions
méditerranéennes.
→ Grands penseurs : souvent d'outre-mer.
→ Thalès et Xénophane : Asie.
→ Pythagore : fondation d'une école en Italie du Sud.
→ Naissance de la Grande Grèce.
→ Guerre létantine (de -710 à -650) : conflit continuel entre cités grecques.
→ Un des premiers affrontements de la Grèce antique documenté.
→ Affrontement : cités-états de Chalcis et d'Eretria sur la Lélantine (plaine fertile de
l'Eubée).
→ Développement d'une classe marchande : première moitié du VIIème siècle av. J-C.
→ Apparition de monnaies grecques vers -680 : tensions entre les villes.
→ Classes aristocratiques gouvernant les cités : menacées par cette nouvelle bourgeoisie de
marchands souhaitant se lancer dans la politique.
→ À partir de -650 : lutte pour éviter d'être renversée par des tyrans populistes.
→ Tyran : terme grec signifiant « dirigeant illégitime ».
→ Époque classique : début du Vème siècle av. J-C.
→ Grecs : repoussent les troupes de l'immense Empire perse lors des guerres médiques.
→ Bataille de Salamine (480 av. J-C.) : assurance de l’hégémonie de la Grèce en mer Égée.
→ Âge d'or de la Grèce.
→ Penseurs : inauguration de nouvelles manières d'envisager le monde.
→ Athènes : mise en place d'une démocratie.
→ Occupation d'une place prépondérante sur les plans politique et artistique.
→ Développement de la tragédie.
→ Socrate : presque jamais quitté la ville.
→ Après la guerre du Péloponnèse (de -431 à -404) : Athènes contre Sparte.
→ Affaiblissement des cités grecques.
→ Vie intellectuelle vivace : Platon et Aristote.
→ Vers 338 av. J.C. : domination de la Grèce par la Macédoine.
→ Entre 336 et 323 : Alexandre le Grand conquiert un immense empire.
→ Époque hellénistique.
→ À la mort d'Alexandre le Grand : empire partagé entre ses anciens généraux.
→ Ptolémée, Séleucos, Lysimaque, Antigone le Borgne : souverains absolus sur de vastes
régions.
→ Antigonides : conservation de la Macédoine.
→ Séleucides : Asie et ancien empire perse.
→ Influences grecques : jusque dans les sculptures bouddhiques d'Afghanistan.
→ Ptolémées : domination de l’Égypte.
→ Alexandrie : haut lieu du savoir.
→ Grèce : développement de nouvelles philosophies.
→ Épicurisme.
→ Stoïcisme.

→ Époque romaine.
→ Situation politique : difficile.
→ Grèce : passage sous domination romaine.
→ Restant un centre culturel.
→ Terme « économique » : Xénophon.
→ Gestion de la maison : mise en valeur des terres, etc.
→ Oikos : maison.
→ Nomos : droit, règle.
→ Économie : intervention que de manière incidente.
→ Première préoccupation : philosophie morale (politique).
→ Philosophie tournant autour du rôle, de la place de la Cité.
→ Premier courant intéressant : sophistes (Gorgia, Protagoras).
→ Partisans du libre-arbitre.
→ Pour l'accueil de nouveaux membres dans la cité.
→ Pour la pluralité des religions.
→ Excellence dans l'art de la rhétorique.
→ Second courant intéressant : socratiques.
→ Défense de la cité.
→ Sophisme : raisonnement faux.
→ Non-appréciation des conclusions auxquelles ils aboutissaient par leur rhétorique.

1 _Platon (429 - 348) : « La République », « Le Politique » et « Les
Lois ».
a _ Vie.
→ Vrai nom : Aristoclès.
→ Platon : issue d'une grande famille athénienne.
→ Étude dans sa jeunesse : lettres, arts et mathématiques.
→ Pratique : gymnastique.
→ Rencontre Socrate en 408 av. J-C. : intérêt pour la philosophie.
→ Aurait pu rejoindre le régime de la tyrannie de Trente : présence d'un cousin et oncle dedans.
→ Non-appréciation de la barbarie et leur attitude à l'égard de son maître, Socrate.
→ Démocratie : condamne Socrate.
→ Platon : très admiratif de son maître.
→ Suite à la mort de Socrate : entreprise de voyages l'amenant au sud de l'Italie.
→ Conseiller de Denys l'Ancien (roi de Sicile).
→ Platon vendu comme esclave : suite à une brouille.
→ Racheté par un ami.
→ Retour à Athènes en -387 : fondation de l'Académie (dans les jardins de l'Academus).
→ Enseignement de la philosophie selon la méthode socratique : à travers le dialogue.
→ Plus tard : enseignement en Sicile (gouvernée par Denys le Jeune).
→ Tentative avortée : tout comme la première.
→ Retour à Athènes et mort à 80 ans.

b _ Contributions à la pensée économique.
→ Dans « La République ».
→ Description de l'État : cité idéale.
→ Discours entre Socrate et ses amis au moment de mourir (399 av. J-C.).
→ État : presque déifié.
→ Modèle de Platon : gouvernement aristocratique.
→ Le juste.
→ « L'harmonie avec soi-même » au niveau individuel.
→ « Rester à sa place » au niveau social.

→ Place de chacun dans la cité idéale : basée sur les capacités et talents de chacun.
→ Organiser cette cité.
→ Petit nombre constant d'individus : 5040.
→ Montant stable des richesses.
→ Cité organisée en castes.
→ Permettre de tout réglementer : guerriers, fermiers, artisans et philosophes
(gardiens).
→ Hommes et femmes traités également.
→ Caste des gardiens : femmes et enfants en commun.
→ Gardiens : n'avoir aucun soucis de famille et d'argent.
→ Savant mélange des belles femmes et bons guerriers.
→ Certaines castes : droit à la propriété.
→ Remarques sur cette cité idéale.
→ Division du travail : Platon à l'origine de cette analyse.
→ Recherche de stabilité : comme chez les Hébreux.
→ Petite taille.
→ Incompréhension de la nature et mérites de la société ouverte.
→ Erreur souvent répété dans le cours de la pensée économique.
→ Mépris pour la chose économique : classe inférieure.
→ Commerçant avec les esclaves dans « La Loi ».
→ Démocratie : vue comme le gouvernement des marchands.
→ Platon : ayant compris les méfaits de la démagogie.
→ Opte pour une mauvaise solution : un constructivisme.
→ Ordre politique créé : ne laissant aucune place à la sagesse de l'expérience.
→ Trop influencé par les mathématiques.

2 _ Aristote (384 - 322) : « Politique » et « Éthique à Nicomaque ».
a _ Vie.
→ Aristote : naissance à Stagire, côte orientale.
→ Père médecin du roi de Macédoine.
→ Études à l'Académie de Platon.
→ Roi de Macédoine (Philippe) : lui demande d'être le tuteur de son fils (Alexandre le Grand).
→ Alexandre le Grand : aide Aristote à la création du lycée avec les péripatéticiens.
→ Aristote : retour à Athènes lorsque Alexandre le Grand accède au pouvoir.
→ À la mort d'Alexandre le Grand : rejeté par les athéniens.
→ Exil à Chalcis : mort peu après.

b _ Pensée économique et politique.
→ Généralités.
→ Démarche ouvertement analytique et accompagnée de jugement de valeur : vision normative.
→ But : recherche du bonheur (eudaimonia, eudémonisme), de la bonne vie.
→ Intérêt pour l'évolution des États.
→ Discussion des institutions : sociologie politique.
→ À la différence Platon : prise en compte de la nature de l'Homme dans l'organisation.
→ Propriété privée et famille.
→ Esclavage : Hommes naissent inégaux.

→ Esclavage.
→ Tom Palmer : position d'Aristote sur ce point plus complexe qu'il n'y paraît.
→ Aristote : distinction de deux types d'esclavage.
→ Esclavage « de nature » : seul acceptable.
→ Esclavage fait de l'Homme.
→ Propriété : défendue par Aristote.
→ Contrairement à Platon.
→ Division des tâches un peu malsaine.
→ Recherche de la société idéale pour Platon : serait communiste.
→ Aristote : propriété nécessaire car l'Homme est faible.
→ Propriété : pas tout à fait morale.
→ Collectivisme : possibilité d'occuper seul la prétention à une théorie totalement
juste.
→ « Politique » : différence entre privée et commun dans sa société idéale.
→ Défense de la propriété car efficace.
→ Propriété : devrait être commune d'une certaine façon.
→ En règle générale : doit être confiée au privé.
→ Lorsque chacun a un intérêt bien spécifié : plus de reproches.
→ Progrès : occupation par chacun de ses propres affaires.
→ Monnaie : bon et mauvais usage de la chose.
→ Bon : utiliser la monnaie pour les échanges.
→ Histoire de l'apparition de la monnaie chez Aristote.
→ Usage « nécessaire » de la monnaie : passage à l'usage de la monnaie par le détaillant.
→ « The art of money-making ».
→ Commerce de détail : pas une forme naturelle de l'art de faire de l'argent.
→ Distinction entre : chrématistique.
→ Nécessaire : monnaie moyen d'échange.
→ Pure : recherche de la richesse en soi.
→ Pire des commerces : prêt à intérêt ou usure.
→ Gain à partir de l'argent et non à partir d'un usage naturel de cet argent.
→ Valeur et prix.
→ Distinction : valeur.
→ D'usage : théorie psychologique.
→ D'échange : plus ou moins dépendante de l'usage.
→ Définition du monopole : considéré comme injuste.
→ Prix juste : celui de la concurrence.
→ Relevant d'une justice commutative : équivalence des services.
→ Par opposition à une justice distributive.
→ Justice des échanges : opposition.
→ Justice commutative : équivalence des services.
→ Justice distributive : équivalence des résultats.
→ Préférée de Platon.
→ Opposition importante entre les deux philosophes grecs.
→ Justice de résultat ou procédurale.
→ Grecs : idéal de l'homme demeurant l'aristocrate (noble).
→ Aristote : condamnation du profit et de l'usure.
→ Non-naturels.

II _ Apport des penseurs romains.
→ Némo : « À l'organisation politique de la société développée par les Grecs, les Romains vont ajouter
quelque chose de leur crû : le droit. Cicéron va faire le lien entrer la philosophie stoïcienne qui porte à
l'universalisme et le droit romain qui avant lui est très concret ; il va faire du droit romain un droit abstrait ».
→ Pensée romaine : inscription dans la continuité de la pensée grecque.
→ Apport résidant dans leur réflexion sur le droit : preuve de leur capacité d'analyse scientifique.
→ Aucune analyse économique chez les Romains.
→ Travaux juridiques : extrême importance pour la vie économique.
→ Peu de réflexions purement économiques.
→ Questions économiques : plutôt méprisées par la haute société romaine.
→ Métiers de nobles.
→ Guerrier : militaire.
→ Homme politique.
→ Conseiller en matière juridique : vers la fin de l'empire.
→ Ouvrages sur l'économie agricole : conseils sur la gestion pratique d'une exploitation.
→ Droit romain : émergences et évolutions de règles destinées à une société ouverte.
→ Présence de deux droits au départ.
→ Jus civile : concernant uniquement les citoyens romains.
→ Jus gentium : concernant les rapports entre non-citoyens ou entre citoyens et
non-citoyens.
→ Droit de tous : proche de la notion de droit naturel.
→ Présence d’administrateurs publics : pas de juristes professionnels.
→ Conseillers juridiques (spécialistes de la loi) : apparition après Jules César.
→ Statut officiel.
→ Droit romain : première codification véritable.
→ Sous l'impulsion de l'empereur Justinien I er (482 - 565).
→ Naissance : Corpus Juris Civilis.
→ Novelles (novellou) : nouveautés introduites récemment parmi les statuts de l'empire.
→ Instituts (institutions) : recueil plus ancien de textes de Graïus (sert à l'enseignement).
→ Code (codex) : regroupant et harmonisant les autres codes de l'empire.
→ Digeste (digestur) : analyses d'experts en matière juridique.
→ Seul travail vraiment analytique des phénomènes sociaux légué par les romains.
→ Corpus Juris : idées économiques.
→ Définition de concepts utiles à la vie économique : sur lesquels s'appuient les analyses
juridiques.
→ Prix, monnaie, différents types de prêts, propriété, personne morale, droit, etc.
→ Idée même de droit au sens moderne du terme.
→ Règles universelles et abstraites : application à tous et dans un grand nombre de
circonstances.
→ Règles permettant de résoudre : grand nombre de conflit d'une façon prévisible.
→ Différence : réflexions des penseurs grecs et juristes romains.
→ Penseurs grecs : sens de l'universalité et de la nature de l'Homme.
→ Système politique : non-conçu pour une société ouverte.
→ Romains : clefs d'une coopération entre un grand nombre d'individus composant une société
largement ouverte.

→ Chute de l'empire romain : en 476.
→ Rumulus Augustule : dernier empereur.
→ Invasions barbares : Wisigoths et Vandales.
→ Chute de l'empire romain : causes.
→ Bas Empire (285 - 565) : monarchie absolue de droit divin.
→ Effet important de centralisation et hiérarchisation administrative.
→ Étouffant la vie politique et économique de l'empire.
→ Point de vue économique : dirigisme omniprésent.
→ Étatisation de l'économie.
→ Édit du Maximum : fixation du prix maximum de plusieurs centaines de produits.
→ Salaires compris.
→ Droits de la propriété : quiconque promet d'exploiter une terre peut s'y installer.
→ Sans se soucier de savoir si elle a un propriétaire.
→ État : développement de manufactures impériales protégées par monopole officiel.
→ Armureries, papeteries, tissage, monnaie, etc.
→ Autres professions : souvent organisées en corporations protégées.
→ En Orient : meilleure résistance des empereurs Théodose et Justinien.
→ Jusqu'à l'invasion de Constantinople par les Turcs en 1453.
→ Constantin : tolérance officielle du christianisme.
→ Baptisé sur son lit de mort.
→ Christianisme : religion officielle de l'empire d'orient un peu plus tard.
→ Césaro-papisme.
→ Cicéron (106 - 43).
→ Un des pères de la doctrine du « Rule of Law ».
→ Inspiré des auteurs grecs et stoïciens.
→ Avocat et homme politique (consul en 63).
→ En 49 : franchissement du Rubicon par César et installation de la dictature.
→ Après assassinat de César : espère un retour de la République.
→ Avènement d'Antoine.
→ Cicéron traqué et égorgé en 43.
→ Très lu : réputé écrire dans une langue parfaite.
→ Une des principales sources de l'humanisme occidental.
→ « Le droit se fonde non sur l'opinion mais sur la nature ».
→ Droit positif, de l'État : ne doit pas contredire le droit naturel.

III _ Pensée judéo-chrétienne.
1 _ Peuple hébreu.
→ Peuple hébreu : double intérêt.
→ Une des sources de la pensée occidentale (judéo-chrétienne).
→ Disposition de quelques informations écrites à travers les livres de l'Ancien Testament.
→ « Biblos » : le livre.
→ Une partie des écrits composant la Bible : présents dans la Torah.
→ Torah : le plus saint des textes sacrés du judaïsme.
→ « Torah » : instruction.
→ Instructions laissées par Dieu au peuple.
→ Attitude positive à l'égard du travail : emploi digne.
→ Contrairement aux grecs et romains.
→ Commandement de Dieu dans la Genèse : « Tu domineras la terre ! ».
→ Fils et filles de Dieu : co-créateurs avec leur Dieu.
→ Reconnaissance de la propriété privée.
→ Exode, verset 20 « Les dix commandements ».
→ Tu ne voleras pas.
→ Tu ne convoiteras pas la maison de ton voisin, ni sa femme, ni ses servants, ni son bétail,
ni quoique ce soit qui lui appartienne.
→ Lévitique : autre livre de Pentateuque.
→ La terre ne sera pas vendue avec perte de tout droit, car la terre m'appartient et vous
n'êtes pour moi que des étrangers et des hôtes.
→ Sanctions prévues pour le vol.
→ Si vol et meurtre d'un mouton : il faut en restituer quatre.
→ Désir de protéger les pauvres.
→ Prêter de l'argent à pauvre : pas exiger d'intérêt.
→ Demander un gage : lui rendre avant le soir.
→ Après récolte : laisser une partie derrière soi.
→ Pour que le pauvre puisse venir se servir.
→ Lévitique : Année sabbatique et année jubilaire.
→ Tous les 7 ans : en souvenir du repos de Dieu le septième jour.
→ Terre laissée au repos tous les sept sabbats.
→ Tous les 49 ans : terre retournant au propriétaire d'origine.
→ Sauf : maison à l'intérieur d'une enceinte.
→ Prix des terres : calculés en conséquence.
→ Terre à faible prix une année avant le jubilé.
→ Année sabbatique : remettre les dettes (sauf aux étrangers).
→ Esclave hébreu : le rendre libre et lui donner de quoi subsister.


Related documents


PDF Document chapitre 2 riche heritage
PDF Document dst histoire
PDF Document dsc complet
PDF Document eco01
PDF Document chapitre introduction 1
PDF Document ussura pour les autres


Related keywords